Robo-advisors : comparatif des offres en France

Performances, tarifs, mode de gestion… Ce que proposent Advize, Fundshop, Marie Quantier, Yomoni et Wesave, les fintechs qui ont investi le créneau du conseil financier automatisé.

[Mise à jour du lundi 27 juin à 18h28] Advize permet désormais de loger de l'immobilier dans son assurance-vie. Plus de détails ici.

Mon premier est un algorithme. Mon deuxième prodigue un conseil financier personnalisé. Mon tout est accessible via Internet aux petits et moyens investisseurs. Qui suis-je ? Un robo-advisor. Nés aux Etats-Unis à la fin des années 2000, avec des firmes comme Betterment, Personal Capital ou encore Wealthfront, les "robots conseillers" ont depuis traversé l'Atlantique. Aujourd'hui, les fintechs qui ont déjà lancé des solutions de robo-advisoring en France se comptent certes sur les doigts de la main – Advize, Fundshop, Marie Quantier, Yomoni, et, la petite dernière, Wesave, – mais d'autres sont dans les starting-blocks.

Définition robo-advisor

Si tous les robo-advisors ont en commun de gérer des portefeuilles en ligne avec un minimum d'intervention humaine et des frais souvent moins élevés que dans les réseaux traditionnels, grâce à une technologie automatisée, leurs offres diffèrent sensiblement.

Déjà, ils ne proposent pas tous le même mode de gestion. Trois des cinq robo-advisors ayant lancé leur offre commerciale dans l'Hexagone font de la gestion conseillée : l'épargnant pilote lui-même son portefeuille tout en bénéficiant de recommandations qu'il décide ou non d'exécuter. C'est le cas d'Advize, Fundshop et Marie Quantier. Wesave et Yomoni, eux, font de la gestion déléguée.

Robo-advisor en France

Cliquez sur l'image pour l'agrandir. © JDN

Comment fonctionne cette gestion déléguée ? L'investisseur signe un mandat à la société (Wesave ou Yomoni), qui s'occupe de lui ouvrir un ou des produits (Yomoni distribue des contrats d'assurance-vie, des PEA et des comptes-titres tandis que Wesave se concentre, pour l'heure, sur l'assurance-vie) chez son partenaire (les deux robots travaillent avec Suravenir, filiale du Crédit Mutuel Arkéa, lui-même entré au capital de Yomoni en juin 2015) et assure au quotidien la gestion de son allocation. Une formule proche de la gestion pilotée proposée par certaines banques en ligne, notamment Boursorama et ING Direct.

Caractéristiques des offres de gestion pilotée de deux banques en ligne
  Boursorama  ING Direct
Type de gestion Déléguée Déléguée
Tarifs De 0,60% à 0,70% de frais de gestion sur le fonds euros et 0,85% par an sur les UC (tarifs de la gestion libre) + frais propres aux UC et frais des éventuelles options 0,60% de frais gestion sur le fonds euros et 0,95% par an sur les UC + frais propres aux UC et frais des éventuelles options
Rétrocommissions Oui Oui
Seuil d'épargne minimum 1 000 € 1 000 €
Performances 2015 De 4,09% à 7,14% De 3,37% à 8,89%
Composition du portefeuille Selon profil type (5 profils) Selon profil type (4 profils)
Niveau d'implication de l'épargnant Nul Nul
Possibilité d'échange avec un conseiller financier Non Non
Suivi en temps réel Oui Oui
Envoi d'un rapport de gestion périodique Oui (mensuel) Oui (semestriel)
Alertes sur la composition du portefeuille Non Non
Possibilité de récupérer son argent à tout moment Oui Oui
Parcours de souscription entièrement digitalisé Oui Oui pour les clients ING Direct
Application tablette et smartphone Oui, accès aux informations dans l'application Boursorama Oui, accès aux informations dans l'application ING
Distribution de contrats d'assurance-vie Oui Oui
Distribution de PEA Non Oui, mais hors gestion pilotée
Distribution de compte-titres Non Oui, mais hors gestion pilotée
Distribution de PERP Non Non
Utilisation de fonds actifs (Sicav, etc.) Oui Oui
Utilisation de fonds passifs (ETF, etc.) Oui Oui, mais hors gestion pilotée
Utilisation de fonds maisons Non Oui 
Utilisation de produits structurés Non Non
Nombre de classes d'actifs 5 4 à 5
Nombre de supports investis 20 à 25 en moyenne Une vingtaine
Nombre de sous-jacents investis Plus de 100 produits Une vingtaine
Régulé par l'AMF Oui Oui
ND = non disponible. UC = unités de compte

Plusieurs points séparent toutefois les gestions pilotées des banques en ligne de l'offre des robo-advisors. Notamment la politique tarifaire. Chez Yomoni, le client est assuré de ne pas verser plus de 1,6% du montant de l'épargne qu'il a placée. Un plafond que n'utilisent pas Boursorama et ING Direct dans leurs offres de gestion pilotée. Chez Wesave, le tarif est de 1,3% par an, dont 0,7% au titre du mandat de gestion et 0,6% au titre des frais du contrat d'assurance-vie, auquel s'ajoutent les frais de gestion des ETF (pour Exchange Traded Funds, des fonds indiciels cotés reproduisant la performance d'un marché), qui s'élèvent à 0,2% par an en moyenne.

Autre élément différenciant : l'utilisation de fonds actifs dans les deux formules de gestion pilotées des banques, type Sicav, quand Wesave et Yomoni utilisent, eux, des fonds passifs, comme les ETF dont la particularité est de supporter des frais moins élevés que les fonds actifs.

Dans le cadre d'une gestion déléguée, donc, aucune implication n'est requise de la part de l'épargnant. Si ce dernier souhaite garder un minimum la main sur la gestion de son portefeuille, mieux vaut qu'il opte pour une gestion conseillée type Advize, Fundshop ou Marie Quantier. Mais, là encore, les différences entre les solutions développées sont de taille.

Advize est notamment le seul des trois à faire de la gestion profilée. Il propose à ses utilisateurs d'investir dans un panier type, composé de fonds sélectionnés par le spécialiste de l'analyse de fonds Morningstar, en fonction de leur profil. Mais les épargnants ne sont pas obligés de rester dans ces clous : ils peuvent, s'ils le souhaitent, passer en gestion libre et sortir des allocations modèles pour piocher parmi les 66 fonds référencés. A noter que pour Nicolas Marchandise, président et cofondateur de la plateforme, leur fonctionnement constitue un gage d'impartialité : "Le modèle de l'assurance-vie veut que les différents fonds reversent de l'argent aux assureurs qui, eux-mêmes, nous rémunèrent. Ce n'est toutefois pas nous qui choisissons les fonds mais Morningstar".

Marie Quantier, lui, mise sur des recommandations d'investissement personnalisées, en fonction du profil de risque de ses clients et de l'état des marchés financiers. S'ils décident de les suivre, Q-Hedge Technologies, la société éditrice du site Mariequantier.com, transmet les ordres (ils sont pré-remplis par le robot) à la filiale européenne du courtier américain Interactive Brockers chez qui l'utilisateur aura ouvert un compte après s'être inscrit sur le site de Marie Quantier. Mais l'investisseur peut aussi faire le choix de passer outre ces conseils. Mathieu Hamel, le PDG de Marie Quantier, insiste : "On réalise un diagnostic pour lui, mais s'il veut tirer des conclusions différentes en temps réel, il peut le faire grâce aux outils interactifs qu'on met à sa disposition sur notre site." Depuis mi-mars 2016, la société propose également la souscription d'un contrat d'assurance-vie assuré par Suravenir.

Fundshop, enfin, fait figure d'Ovni dans ce paysage. Il ne vend pas de produit mais permet à l'épargnant d'optimiser le contrat d'assurance-vie qu'il a déjà. Une fois que l'épargnant a renseigné son profil de risque et son objectif de performance, l'outil détermine une construction de portefeuille type selon les fonds éligibles au sein du contrat existant.

Lequel choisirez-vous ?

Advize

  • Site Internet : www.advize.fr
  • Date de création : 2012
  • Fondateurs : Nicolas Marchandise

Fundshop

  • Site Internet : www.fundshop.fr
  • Date de création : avril 2013
  • Date de commercialisation : septembre 2014
  • Fondateurs : Léonard de Tilly et Florian de Miramon

Marie Quantier

  • Site Internet : mariequantier.com
  • Date de création : 2012
  • Date de commercialisation : 2015
  • Fondateurs : Mathieu Hamel, Nicolas Pierret, Stig Descamps, William Weens

Yomoni

  • Site Internet : www.yomoni.fr
  • Date de création : fin 2014
  • Date de commercialisation : septembre 2015
  • Fondateurs : Mourtaza Asad-Syed, Guillaume Yribarren et Laurent Girard

Wesave

  • Site Internet : https://www.wesave.fr/
  • Date de création : 2011
  • Date de commercialisation : 2016
  • Fondateurs : Jonathan Herscovici et Zakaria Laguel

 

Et aussi

 

Fintech