Facebook teste un concurrent du JPEG et sème la pagaille

Le réseau social teste le format d'image WebP de Google géré par Chrome et Opera. Mais, les utilisateurs téléchargeant ces photos ne peuvent pas les lire ni les retoucher.

Facebook cherche à réduire ses coûts réseau et améliorer la performance de son site. Pour cela, il s'attaque à un gros morceau : l'optimisation du poids des centaines de millions de photos stockées sur ses serveurs. Le réseau social est en train de tester un format d'image, concurrent du célèbre JPEG, et mis au point par Google : WebP.

Le principe est simple : une fois les photos JPEG chargées sur Facebook, ce dernier les convertit et les stocke sur ses serveurs au format WebP qui se révèle être un format beaucoup moins gourmand en ressources. Grâce à lui, le poids des photos serait en effet réduit de 25 à 34% pour une qualité d'affichage a priori équivalente.

Mais, cela ne va pas sans poser des problèmes pour les utilisateurs. Tout d'abord, seuls les navigateurs Chrome et Opera peuvent aujourd'hui afficher des images au format WebP. Mais il y a pire : les utilisateurs téléchargeant ensuite les photos en local depuis Facebook ne pourraient tout simplement pas les lire ni les éditer. Et ce ni sur Windows, ni sur Mac OS sachant que les logiciels de retouche d'images comme Photoshop ou PaintShop ne prennent pas en charge ce format.

Facebook est toutefois loin d'avoir généralisé le support de WebP et la très grande majorité des utilisateurs ne sont pour l'instant pas concernés. Pour l'heure, il s'agit d'une phase de test. Il pourrait cependant être très tentant de la part du géant du réseau social, poussé par la perspective de réduire ses coûts, de généraliser dans les mois qui viennent le format WebP.

Google / Facebook