Loi de Moore : Intel pense encore pouvoir tenir le rythme

Alors que les puces gravées en 14 nanomètres ont été retardées, le fondeur s'est montré confiant quant au respect de sa feuille de route qui prévoit de passer aux 10 nanomètres.

La loi de Moore, qui fête cette année ses 50 ans, veut que la densité des transistors sur une puce double tous les 18 mois. Pour suivre cette cadence, le grand défi d'Intel est évidemment la finesse de gravure de ses puces.

A l'occasion d'un événement spécialisé, l'ISSCC, le fondeur s'est montré confiant sur sa feuille de route, qui promet de respecter cette loi de Moore. Certes, le fondeur a dû retarder la commercialisation des puces Broadwell, gravées en 14 nanomètre. Mais lors de l'ISSCC, il s'est montré rassurant concernant la prochaine étape : les puces gravées en 10 nanomètres, prévues pour 2016. Les problèmes qui ont causé les retards observés pour le 14 nanomètres devraient être évités, à en croire Intel, qui assure que le développement va deux fois plus vite avec le 10 nanomètres.

Le fondeur est d'ailleurs désormais bien concentré sur l'étape d'après. Les puces gravées en 7 nanomètres sont actuellement attendues pour 2018. Selon Mark Bohr, haut responsable chez Intel, la production de ces puces pourra même utiliser la nouvelle méthode de l'extrême ultraviolet (EUV), contrairement à ce qui avait d'abord été imaginé.

Intel / Innovation