Le contexte est "parfait" pour Windows 10, estime Intel

Selon la présidente d'Intel, une base installée vieillissante n'est pas le seul élément qui pourrait favoriser le prochain OS de Microsoft.

Renee James, présidente d'Intel, s'est dite "très optimiste" concernant l'avenir de Windows 10. Et elle a plusieurs arguments. Selon elle, le contexte actuel devrait favoriser le bon accueil du prochain OS de Microsoft, notamment grâce à "un environnement macroéconomique en bonne santé", "une base installée vieillissante", et "une nouvelle politique tarifaire" appliquée aux PC. Les ingrédients d'un contexte "parfait" selon Renee James, auquel s'ajoute donc l'arrivée d'un nouvel OS, qui devrait donc favoriser les migrations. Quant à la base installée "vieillissante", et donc très éligible, la dirigeante a estimé à 600 millions le nombre de PC vieux de quatre ans ou plus susceptibles d'être remplacés.  

Des perspectives certes enthousiasmantes pour le fondeur, mais qu'il faut un peu tempérer. Comme le souligne Jay Chou, un analyste d'IDC cité par nos confrères de PCWorld, "l'impact de Windows 10 sur les ventes de PC ne devrait pas être comparable à celui observé en 2009 avec Windows 7". Certes, Windows 10 arrive après l'échec de Windows 8, tout comme Windows 7 avait été lancé après un Vista décevant. Mais, rappelle l'analyste d'IDC, le contexte était alors très différent : "Vista n'avait pas eu à affronter la concurrence des tablettes et des smartphones".

Intel / Windows 8