La virtualisation d’application, voie d’avenir de l’IT Management

Derrière la virtualisation se cachent de nombreux champs d’application. Les aspects liés au déploiement d’applications, à leur supervision et à leur maintien à distance semblent désormais s’imposer comme des problématiques opérationnelles concrètes.

La virtualisation d'application connaît depuis peu un certain succès. Force est de constater que les exigences de disponibilité et d'accessibilité liées à certaines applications stratégiques ont largement contribué à positionner ce concept comme une réalité.

Ainsi, il est désormais possible pour les DSI de proposer aux collaborateurs d'accéder à des applications totalement virtualisées et ce de manière transparente, afin de simplifier l'accès aux applications quel que soit l'environnement utilisé. Les applications ainsi virtualisées s'exécutent alors directement dans leur propre environnement virtuel et apparaissent sur le poste client sous la forme de simples fichiers exécutables.

Ainsi, en optant pour la virtualisation d'application, les DSI se déchargent des problématiques d'installation complexe en proposant un service comparable à celui offert par une application installée classiquement sur un poste client. Au-delà de cet élément, il convient également de préciser qu'opter pour cette approche élimine également les risques de conflits entre les applications installées au sein d'un même environnement (cela limite ainsi le recours au HelpDesk pour débloquer la situation).

Essentiellement matérialisés par des gains de productivité et une meilleure disponibilité des postes de travail pour les utilisateurs, les bénéfices d'une telle approche sont également possibles au niveau de l'administration de parc. En effet, les notions d'inventaire, de télédistribution et de mesure de l'utilisation contribuent largement à simplifier et fiabiliser les processus de travail au quotidien.

En s'appuyant sur des plates-formes permettant de déployer et de configurer à distance des applications virtualisées, les DSI peuvent alors piloter aisément leur parc applicatif virtuel (cartographie du parc virtualisé, gestion  et mise à jour des licences des applications virtualisées...).

Enfin en s'affranchissant d'une installation lourde sur les postes clients, l'approche de virtualisation permet également d'exécuter des applications qui ne seraient pas compatibles avec l'OS et l'environnement d'un poste client, ce qui permet, par exemple, d'anticiper des migrations sans régression avec les configurations existantes.

Ainsi, la virtualisation d'application joue désormais un rôle important au niveau de l'IT Management. Porté par une logique opérationnelle concrète, l'essor du parc applicatif virtuel en entreprise devrait continuer de connaître une croissance importante qui imposera une nouvelle approche à la gestion de parc.

Reste donc à prendre en compte cette nouvelle donne et à permettre aux entreprises de piloter ces projets complexes en s'appuyant sur une méthodologie et des infrastructures adaptées à ce mode opératoire.

Autour du même sujet