PC in the Cloud

Après les applications, comment transporter efficacement son infrastructure et ses postes de travail dans le Cloud ? Quelques pistes de réponse.

Le Gartner Group ne s'est pas trompé en mettant sur son Hype Cycle (hype cycle for emerging technologies) le Cloud Computing au sommet de la courbe depuis 2009.

 

Le Cloud se trouve naturellement au cœur de nombreuses réflexions au sein des entreprises. Après les applications (SaaS), les questions se concentrent sur la mise à disposition de tout ou partie de leur infrastructure dans le Cloud, et aussi sur l'utilisation du Cloud comme alternative au poste de travail. Pour cette raison, nous allons répondre aux interrogations suivantes:

- Le PC historique a-t-il un avenir face aux solutions Cloud ?
- En dehors de la baisse du coût et/ou l'optimisation des processus, le PC dans le Cloud présente-t-il une amélioration de son TCO[i] ?
- L'entreprise est-elle suffisamment mature pour basculer son poste de travail dans le Cloud ?
- Tout le monde est-il éligible au Cloud ?
- S'il existe des gains quant à la gestion du poste de travail, existe-t-il des gains pour les métiers ?
Le concept du Cloud existe depuis longtemps. Nous chercherons à identifier la pertinence du Cloud sur le Poste de travail.

 


Le Cloud apporte avec lui le principe de consommation de services. L'utilisateur se transforme alors comme un consommateur de services au profit de son entreprise, alors que l'IT est, elle, considérée comme producteur de services au profit du métier. Pour consommer ce service, l'utilisateur à besoin d'un vecteur de consommation. Le poste de travail, se trouve  au coeur des échanges et du métier de l'entreprise.

 

Le poste de travail est considéré comme un comme un vecteur de consommation. Il doit proposer des couches logicielles et/ou framework pour permettre à l'application de fonctionner et à l'utilisateur de la consommer.

 

Dans ce contexte, le poste de travail peut prendre toutes les formes : du client lourd (poste fixe ou portable), au client léger ou Thinclient, voire même prendre l'aspect d'une tablette indépendamment du système d'exploitation ou du navigateur internet.

 

Si l'ensemble des applications de l'entreprise est accessible depuis le Cloud (privé ou public), pourquoi le poste de travail ne le serait-il pas ?

 

La virtualisation apporte la réponse à cette question. En effet, si nous ne prenons pas en compte les contraintes techniques, le poste de travail peut se trouver virtualisé au même titre que les applications. Ce principe est plus communément appelé le VDI (Virtual Desktop Infrastructure), et peut être aussi adressé dans un mode de présentation.

Si ce concept est mis en œuvre dans un Cloud public, il offre la possibilité de valoriser différemment l'usage du poste, et aussi sa facturation. Nous pouvons imaginer de payer alors le poste à la réservation et/ou à l'usage en fonction du login/logout.

 

Outre les bénéfices liés à la virtualisation, le poste de travail dans le Cloud peut être alors adressé depuis n'importe quel périphérique, et ainsi valoriser de nombreux usages métiers, et aussi des approches de type BYOC[ii].

 

Valoriser les usages métier, est-ce la réponse que peut-nous apporter le PC dans le Cloud ? Nous sommes convaincus qu'il sera toujours plus agréable pour un commercial de faire une présentation d'un savoir-faire sur une tablette "dernier cri" que sur un portable vieillissant.

Nous voyons ici que le concept de PC dans le Cloud, pousse la mise en œuvre de solution de virtualisation et/ou la valorisation des interfaces Web à l'extrême.

 

Est-il possible alors de mettre son PC dans le Cloud avant d'y déployer ses applications ?

Il est de coutume de réaliser un POC (Proof of concept) avant la mise en place de  la solution.

Il est important  de prendre des idées et peut être de suivre le marché. Celui-ci positionne le projet Cloud selon le timing suivant :

- Démarrer par les projets SaaS, la messagerie présentant aujourd'hui les plus importants retours d'expérience ;

- Poursuivre par le PaaS sur des sujets tels que le collaboratif ;

- Pour finir par le IaaS, le poste de travail étant la dernière brique à mettre en œuvre.

 

En fonction des scénarios d'utilisation, le poste de travail dans le Cloud peut présenter des avantages et bénéfices tant pour les métiers que pour l'IT tels que :  - Transformer les CAPEX[iii] et OPEX[iv],
- D'utiliser différemment les OPEX existants,
- Réduire le TCO,
- Améliorer le ROI ou de rendre l'entreprise plus agile...

 

Il est aujourd'hui avéré que tous les scénarios d'usage du poste de travail ne sont pas éligibles à la virtualisation et donc implicitement au Cloud. L'arrivée des tablettes met en évidence la volonté d'aller vers des solutions Cloud de type SaaS ou Web. Il ne semble pas faire apparaître à aujourd'hui une tendance de transformation massive du poste de travail vers le Cloud sur le marché des entreprises.

 

Le Cloud nous permet aujourd'hui de quitter définitivement l'ère du poste de travail posé sur le bureau pour entrer dans l'ère de la mixité des périphériques répondant aux enjeux de mobilité et d'usage collaboratif.

 

[i] Total Cost of ownership: coût global de possession

[ii] Bring your own computer

[iii] Les dépenses d'investissement de capital (CAPEX), se réfèrent aux coûts de développement ou de fourniture des pièces non-consommables pour le produit ou le système.

[iv] Les dépenses d'exploitation (souvent abrégées en OPEX) sont les coûts courants pour exploiter un produit, des entreprises, ou un système.

 

Autour du même sujet