Vous n'en avez pas assez de stocker des données sans les exploiter utilement ?

ERP, CRM, GED, annuaire, messagerie, extranet....Les systèmes d’information ont été construits de façon incrémentale. Chaque nouveau besoin opérationnel a déclenché la mise en œuvre d’une application ad hoc.Le développement du SI a été pensé en termes d’applications et de processus.

Chaque nouvelle application a entrainé la création d’un silo de données si bien que les entreprises sont aujourd’hui confrontées à un nouveau défi : la gestion et la valorisation de ces données par essence hétérogènes et cloisonnées.
Car dans le même temps, le contexte économique, la mondialisation et Internet font peser une pression énorme sur les entreprises qui sont soumises à une concurrence accrue. Pour réussir, elles doivent fluidifier leur organisation et libérer la créativité des collaborateurs. L’information pertinente est désormais un enjeu majeur pour la prise de décision comme pour l’exécution de la stratégie.

Comment mieux utiliser vos données ?
La réactivité de l’entreprise nécessite un système d’information agile, qui facilite l’accès de chacun aux informations réellement utiles à sa mission. Les nouvelles applications demandées par les métiers doivent être construites à partir des données existantes, sans créer de nouvel entrepôt ni ajouter de complexité.
La question essentielle qui se pose aujourd’hui est la suivante: « À partir des données existantes dans vos applications, combien de temps faut-il pour créer de nouvelles informations répondant aux demandes des directions fonctionnelles, et à quel coût ? »

Des réponses ont été apportées, mais elles ne sont que partielles.
Ces vingt dernières années différentes solutions sont apparues, tentant d’adresser les problèmes créés par la multiplication des données. La Business Intelligence s’est attaquée à la valorisation et à l’exploration des données quantitatives. Le Master Data Management veut résoudre le problème de la duplication entre les silos, et de leur divergence. A l’opposé d’une réconciliation par centralisation, l’approche SOA d’urbanisation des systèmes propose que les applications échangent des données de pair à pair. Les moteurs de recherche se limitent à une vue documentaire des contenus du SI et produisent de longues listes de documents hors de tout contexte métier. Quant au big data, il apporte seulement une pile technologique pour traiter des péta-octets quand le modèle « base relationnelle centric » ne suffit plus, mais il n’apporte aucune réponse fonctionnelle.
Ces différents outils rendent certes des services opérationnels, mais leur mise en œuvre s’avère le plus souvent longue et coûteuse tout en contribuant à complexifier le système.
Et aucun ne répond vraiment aux enjeux d’un SI évolutif :
mettre en commun les données pour créer des informations qui rendent un service opérationnel ;
intégrer et diffuser des données entre applications, en interne et en externe avec son écosystème ;
disposer d’une infrastructure informationnelle qui privilégie la simplicité de mise en œuvre et l’agilité.
C’est pourquoi, au delà des questions de technologie, il faut avant tout changer de paradigme et mettre les données au cœur de la démarche.

La solution : créer un espace d’information unifié
Nous devons penser l’accès à l’information dans un espace unifié, alimenté par l’ensemble des sources de l’entreprise. Considérons les silos comme autant de sous-parties d’un espace de données unique qui est nourri par l’ensemble des applications, et à partir duquel il est possible de créer de nouveaux services.

Mais comment créer cet espace unifié ? Selon quelle démarche et avec quelle technologie ?

L’évolution d’Internet nous a apporté le Web Sémantique et le Linked Data
Conçu à l'origine pour être un système de publication documentaire universel, le Web a évolué de façon radicale en 15 ans. Avec l’avènement du Web 2.0 et des réseaux sociaux, il s’est transformé en écosystème interactif dans lequel l’utilisateur est devenu acteur. L’impact a aussi été technologique puisque les entreprises ont dû adapter leur système d’information sur les principes et les technologies du Web : un outil unique, le navigateur, et un seul langage de présentation de données, le HTML.
Pour autant, le contenu du Web n’est exploitable que par des humains. Les ordinateurs ne peuvent pas comprendre cette information pour en tirer parti et résoudre des problèmes complexes. Le Web 3.0, appelé aussi Web sémantique, est la nouvelle évolution du Web dans laquelle les ordinateurs peuvent traiter et échanger de l’information de façon automatique et non ambigüe. La finalité du Web sémantique va bien au-delà d’une simple mise à disposition de données brutes : il s’agit de relier ces données entre elles. Cette démarche de maillage des données, appelée Linked Data, crée une base de connaissance décentralisée à l’échelle du Web dans laquelle l’intérêt de chaque information est démultiplié par ses liens avec des données complémentaires.

Application à l’entreprise : le Linked Enterprise Data
Le Linked Enterprise Data (LED) est l’application du Linked Data au SI de l’entreprise. Grâce à son approche et à ses technologies, il répond à l’ensemble des enjeux d’un système d’information agile et performant : les sources de données internes sont mises en relation et éventuellement consolidées avec des données externes.
Le Linked Enterprise Data introduit un changement de perspective. Allant bien au delà d’une simple juxtaposition des silos, il s’affranchit des cloisons et maille les données elles mêmes au niveau le plus fin. Le LED crée un espace informationnel cohérent, dense et unifié qui se nourrit de l’ensemble des données et documents de l’entreprise.

Linked Entreprise Data : une démarche pragmatique, un processus agile
Évolutif et agile par essence, le Linked Enterprise Data permet de créer les informations opérationnelles demandées par les métiers, sans modification des applications existantes ni perturbation du SI. Ainsi, le LED n’est pas une cathédrale dont la construction obligerait à repenser l’organisation de l’entreprise, à refonder son système d’information ou à envisager dès le début tous les cas et tous les usages.
Au contraire, une démarche Linked Enterprise Data peut commencer par un petit projet, qui va répondre rapidement à un besoin métier ciblé, avec un retour sur investissement démontrable. Le déroulement même du projet est pragmatique, en partant de l’examen des données disponibles et de scénarios d’usage cibles. Sans remise en cause des premières réalisations, au fur et à mesure des besoins et des projets, le graphe informationnel va progressivement être étendu, ce qui va en accroître la valeur et susciter de nouveaux usages : le cercle vertueux du Linked Enterprise Data est alors enclenché.

Un bénéfice immense : les données sont enfin libérées !

Le Linked Enterprise Data réunit les bénéfices de la BI, du MDM, du SOA et de la recherche pour :

·  Créer des liens entre les données existantes, ces liens constituant autant de nouvelles informations qui répondent aux besoins des utilisateurs.
· 
Décloisonner les données en offrant un hub informationnel qui permet à chaque application de s’enrichir des données en provenance de tout le SI.
· 
Bénéficier d’un cadre technologique ouvert, standardisé, sécurisé, pérenne et performant défini par le W3C avec les standards XML, RDF, SPARQL, OWL.
· 
Réduire la complexité par une méthodologie unifiée pour l’échange de données entre applications, que les données soient internes ou externes à l’entreprise.

Le Linked Enterprise Data redonne la maîtrise des données aux DSI et apporte une plus grande autonomie aux métiers et aux utilisateurs : les usages ne sont plus dictés par les applications. Le LED permet une consolidation de toutes les informations accessibles et ouvre le champ des possibles !

Autour du même sujet