J-8. Google bientôt "mobile-friendly" : les 5 ressources pour bien se préparer

SEO gratuit : bien se préparer à la mise à jour mobile-friendly du 21 avril Google Plusieurs outils gratuits peuvent aider à bénéficier du label "mobile-friendly" qui sera privilégié dans les résultats sur mobile à partir du 21 avril.

Les SEO ne sont plus les seuls, tous les acteurs du Web commencent à le savoir : le 21 avril prochain, Google va changer les résultats qui remontent sur smartphones. A partir de cette date, le moteur de recherche va privilégier les pages optimisées pour mobile, et plus précisément celles qui bénéficient du label "site mobile" (ou "mobile-friendly" en anglais). Des salariés du moteur l'ont clairement annoncé : une page ayant ce label sera favorisée dans les résultats après ce 21 avril. Il reste donc 8 jours avant le déploiement de cette mise à jour majeure.

Pour les sites qui n'ont pas de pages bénéficiant du label "site mobile", il n'est pas trop tard.

Un label attribué en temps réel

Pour les sites qui n'ont pas de pages bénéficiant de ce label, il n'est pas trop tard. Certes, ils pourront difficilement obtenir le label avant cette date, mais ils pourront toujours effectuer le travail nécessaire pour en bénéficier plus tard : Google l'a bien dit, le label sera attribué presque en temps réel. Plus exactement, dès que les robots de Google auront parcouru et indexé une page récemment optimisée, et apprécié sa compatibilité mobile, cette page pourra bénéficier juste après du label "site mobile".

Plusieurs ressources peuvent aider à mener à bien le travail d'optimisation qui vise à être récompensé par le label. Le moteur a en effet mis en place de la documentation, des outils de test, et de nouveaux rapports dédiés dans Google Webmaster Tools 

 1- La documentation. Ce n'est pas franchement la partie la plus ludique ou excitante du travail d'optimisation, mais cette documentation a le mérite d'exister en français, de s'adresser à tous les niveaux, et d'employer des termes clairs, parfaitement compréhensibles par des non techniciens. Google explique par exemple de manière assez pédagogique comment migrer un site WordPress vers un site mobile-friendly toujours basé sur ce CMS. Des ressources plus techniques et tout aussi claires existent également.

Des outils de tests et de nouveaux rapports dédiés dans Google Webmaster Tools 

306
Exemple d'une page qui ne passe pas le test mis au point par Google. © Capture - Google

 2- Mis en place par Google, un outil de test permet de vérifier si une URL est jugée optimisée pour les mobiles par le moteur. N'importe quelle URL peut être analysée. Attention, certaines pages peuvent passer ce test avec succès, mais sans remonter dans les pages de résultat avec le label... Il est donc préférable de bien vérifier et de se fier aux résultats remontés réellement par le moteur sur smartphone, finalement plus exigeants. L'outil de test donne toutefois de précieuses indications, et peut expliquer pourquoi une page ne bénéficie pas du label – autant de points qu'il restera donc à améliorer.

Des ressources très utiles ont aussi été ajoutées à Google Webmaster Tools ces derniers mois.
 

 3- Baptisé "Compatibilité mobile", un nouveau rapport relève notamment les problèmes d'ergonomie que Google n'apprécie pas. Accessible en bas du menu "Trafic de recherche", il est pensé pour résoudre les problèmes d'ergonomie et de SEO mobile d'un site. Parmi les erreurs qu'il peut relever et lister : "éléments tactiles trop proches", "utilisation de contenu Flash", "fenêtre d'affichage non configurée", "petite taille de police", "taille du contenu non adaptée à la fenêtre d'affichage" ou encore "fenêtre d'affichage non configurée". Cliquer sur les erreurs permet de voir sur quelles pages du site Google les a rencontrées, et la date de leur dernière détection. Là aussi des pages d'explication peuvent aider à résoudre des problèmes bloquant l'obtention du label "site mobile". Pas de panique toutefois : un site peut avoir de nombreux problèmes relevés dans ce rapport "d'ergonomie mobile" et bien bénéficier du label dans les pages de résultats.
 

 4- Une autre nouveauté a fait son apparition dans Google Webmaster Tools en 2014 : de nouveaux indicateurs concernant les déclinaisons mobiles des sites web (type m.monsite.fr). Quand une déclinaison mobile est étudiée par l'outil, ces indicateurs apparaissent lorsque le filtre "mobile" (à la place de "web") est activé. Ils révèlent notamment les mots-clés qui ont fait remonter la déclinaison mobile du site. Très intéressant également, ils incluent aussi les requêtes faisant remonter des URL desktop mais qui redirigent vers la déclinaison mobile.
 

291 psi bis
Les sites ayant une mauvaise note en matière d'expérience utilisateur sur mobile pourront travailler une liste de points détaillés par Google. © Capture - Google

 5- Des tests réalisés sur le service PageSpeed Insights peuvent aussi révéler des points à améliorer.Travailler la rapidité d'affichage des sites et plus globalement leur "performance web" est souvent conseillé par les SEO qui ont pu observer des bénéfices en termes de crawl comme d'expérience utilisateur. Pour l'heure, Google ne prend pas en compte la rapidité d'affichage sur mobile, et a admis se limiter à celle sur desktop. Mais un salarié du moteur a aussi bien dit que Google envisageait de changer cela... Google a pu d'ailleurs déjà effectuer des tests dans ses pages de résultats sur mobile qui affichaient en rouge "sites lents" à côté de certaines pages, comme si le moteur voulait les pénaliser....

Autre intérêt de réaliser des tests sur PageSpeed Insights : une étude réalisée par Synodiance a révélé que les pages obtenant via cet outil un score finale d'UX mobile de moins de 75% ne pouvaient pas obtenir le label mobile-friendly. Et rares sont ceux qui ont plus de ce score et qui ne l'obtenaient pas... PageSpeed Insights aidera les pages qui écopent d'un mauvais score en listant clairement tous les points à améliorer.

Google / Référencement naturel