SEO sur Baidu : 6 choses à savoir avant de se lancer

Bien référencer un site sur le premier moteur de recherche chinois repose sur des leviers pas forcément évidents pour ceux qui maîtrisent le SEO sur Google.

Briller dans les résultats remontés par Google ne suffit pas pour voir son site bien référencé sur Baidu. Des ressemblances peuvent bien sûr apparaître dans le fonctionnement des deux moteurs, mais faire du SEO sur le moteur le plus utilisé en Chine présente des particularités qu'un spécialiste de Google ne peut pas toujours deviner. En voici 6 qu'il vaut mieux avoir en tête avant de se lancer à la conquête de Baidu.
 

1- Privilégier un hébergement en Chine

Page de résultats que Baidu remonte sur la requête SEO © Baidu

C'est peut-être la particularité qui surprendra le plus l'habitué du référencement sur Google, car l'hébergement ne fait pas partie des critères connus du moteur de Mountain View. "Avant, Baidu accordait un vrai bonus aux sites hébergés en Chine. Aujourd'hui, c'est un peu différent, mais un site hébergé hors de Chine va souvent avoir de moins bonnes performances. Or, l'algorithme de Baidu prend en compte ce type de mauvaise expérience utilisateur et peut le dévaloriser dans ses classements", explique Olivier Verot, Français expatrié en Chine à la tête de la Gentlemen Marketing Agency, une agence proposant des prestations dans le digital incluant du SEO.

Autre spécialiste du référencement sur Baidu, Véronique Duong, fondatrice de l'entreprise Autoveille, conseille aussi, sans hésiter, d'héberger le site en Chine, et recommande même l'usage de l'extension en .cn. "Un site en .cn va souvent être écrit en Chinois, et beaucoup de Chinois ne lisent pas autre chose que le chinois", justifie-t-elle. De son côté, son confrère Olivier Verot admet que le .cn peut être "une marque de confiance", mais "depuis qu'il est plus simple d'obtenir le .cn, c'est moins recommandé". Il affirme qu'il y a des sites en .com qui se référencent bien, et d'autres en .cn qui peinent.

Avec un site qui existerait par exemple en France et aux Etats-Unis, l'idée serait donc, pour le décliner en Chine, d'avoir un site sur place, hébergé en Chine, avec éventuellement l'extension .cn. "Les sites multilingues, avec des pages en français, en anglais et en chinois sont à éviter car le robot de Baidu a du mal à les comprendre. Il aura tendance à ne pas faire attention à ces sites", a pu remarquer Olivier Verot.

2- Ecrire son site en chinois simplifié

Les deux spécialistes interrogés sont formels, et recommandent tous les deux de proposer à Baidu un site écrit en chinois simplifié – un site sans anglais donc.

3- Faire bénéficier son site du label "v"

Une autre particularité de Baidu est son système de vérification des sites. C'est un peu comme une certification, ou une note : les sites vérifiés peuvent remonter dans les résultats accompagnés d'une petite icône bleue V1, V2, ou V3, cette dernière étant la meilleure note. Il faut payer pour les avoir,  V1 et V2 coûtant respectivement 60 et 500 euros par an – la V3 ne pouvant pas s'acheter. "Dans un pays où il y a beaucoup de contrefaçons, bénéficier du 'v' est un gage d'authenticité, qui donne confiance, et peut améliorer le CTR, ce qui pourra aider le référencement du site", explique Véronique Duong.

En bas, au centre, ce "V2", payant est un gage de confiance qui pourra améliorer le CTR du résultat. © Baidu

4- Avoir beaucoup de liens

Sur Baidu aussi, comme sur Google, les liens sont importants et aident à bien se référencer. "Pour Google, ce qui compte, c'est la qualité des liens, mais sur Baidu, c'est la quantité qui importe", distingue la fondatrice d'Autoveille. Mais alors, la génération automatisée de liens à outrance, façon Black Hat SEO, doit très bien fonctionner, et rendre assez facile le SEO sur Baidu ? "Il y a en effet beaucoup de spam", admet Véronique Duong. "Mais avoir beaucoup de liens ne suffit pas, ce serait trop facile. D'autres critères comptent, comme le title, le contenu, et bien d'autres."

Générer des liens façon Black Hat SEO peut être efficace sur Baidu

Olivier Verot admet de son côté qu'en effet, la pratique est courante, et peut se révéler efficace, mais elle a aussi ses limites. "Baidu commence à devenir plus exigeant concernant la qualité des liens. Depuis le déploiement de son algorithme Money Plant, un pourcentage de liens de confiance est requis pour un bon référencement", d'après lui. En outre, poursuit-il, "il y a de nombreux sites qui ne sont pas indexés, et souvent, les liens générés automatiquement par des Black Hat SEO ne seront pas crawlés, et donc pas pris en compte, ce qui limite l'efficacité de la pratique".

5- Surveiller l'indexation

Ces problèmes d'indexation constituent d'ailleurs une autre particularité de Baidu. Le fondateur de la Gentlemen Marketing Agency témoigne avoir rencontré des sites dont seule une partie, ou la homepage, a été indexé. Des cas dont Véronique Duong a aussi eu vent, ce qui la pousse à recommander l'utilisation  du sitemap. "C'est primordial, car cela va augmenter les chances d'un site de bien se faire indexer".

6- Globalement, s'attendre à un moteur moins évolué que celui de Google

A entendre les spécialistes, avec ses robots moins intelligents, sa tolérance plus grande au spam de liens, sa réflexion naissante sur le contenu dupliqué… Baidu semble être moins évolué que Google. Plus exactement, Baidu fait un peu penser au Google d'avant Panda et Penguin. "C'est en tout cas un peu comme ça que je le vois", admet Olivier Verot. Sa consœur acquiesce également, et parle d'un "Google des années 2000". 

Google / Moteur de recherche