Linkbaiting : deux success story au-dessus de tout soupçon Kidioui.fr : informer sur les voitures produites en France

C'est sans doute l'un des ROI les plus spectaculaires dans le secteur du SEO. Il n'aura en effet fallu qu'une journée au site d'enchères inversées Kidioui.fr pour imaginer une page Web qui allait faire le buzz, et aider à propulser le site dans les premiers résultats de Google.

En juillet dernier, alors que PSA annonce sacrifier son site d'Aulnay-sous-Bois et supprimer 8 000 postes en France, les responsables de Kidioui.fr, site justement spécialisé dans la vente de voitures, ont une idée. A l'heure où consommer français apparaît comme un moyen de soutenir nos industries, pourquoi ne pas mettre justement en place une page Web permettant de connaître les modèles réellement assemblés en France, voire même précisément à Aulnay-sous-Bois ? Une information qui n'est pas mise en avant par les constructeurs, mais assez facilement accessible aux dirigeants du site Kidioui.fr.

"Nous avions toutes les données. En une journée à peine, la rubrique et la page étaient réalisées. L'opération, lancée début août, ne nous aura au final presque rien coûté", se souvient Ouri Stopek, co-fondateur du site. Il reconnaît aussi qu'il était loin de s'attendre à l'emballement qui allait suivre.

 

Un déclic grâce au Parisien.fr

la page d'accueil de kidioui met en avant la possibilité de découvrir les
La page d'accueil de Kidioui met en avant la possibilité de découvrir les voitures assemblées en France. © Kidioui.fr - capture

Car l'idée fait mouche. L'histoire est relayée par de nombreux sites. Le réel déclic est venu d'un article du Parisien, paru en kiosques et en ligne le 12 août, qui a, en cascade, entraîné de nombreuses autres publications en ligne. Le jour d'après, RMC a d'ailleurs emboité le pas, et son site évoque également l'initiative.

Dans le cas du Parisien, un beau lien, en dofollow et dans le corps de l'article, pointe vers le catalogue voiture.kidioui.fr, avec comme ancre "Kidioui.fr". Mais dans le cas de RMC.fr, il n'y a pas de backlinks, il y a seulement écrit Kidioui.fr plusieurs fois.

La ribambelle de publications sur internet (sites, blogs, forums) qui ont relayé l'information en suivant ces deux médias d'autorité vont ensuite très souvent pointer vers la page d'accueil de Kidioui, ou sur la page listant les voitures produites en France. "En une semaine, plusieurs dizaines de liens sont venus pointer vers notre site, avec la plupart du temps comme seule ancre le nom du site", se rappelle Ouri Stopek. C'est d'ailleurs le propre du linkbaiting : les liens sont hors de contrôle.

 

Le podium de Google pour "voiture"

En termes de SEO, les résultats de ce linkbaiting sont spectaculaires. Le site, déjà bien placé, bondit sur le podium pour de nombreux mots clés stratégiques.Deux mois après la publication de l'article du Parisien, le site est toujours sur le podium pour "voiture" et "voiture pas cher" et en première page pour "achat voiture". Sur "voiture", le site est donc par exemple devant Leboncoin.fr, Paruvendu.fr, Peugeot.fr et Seat.fr.

Précisions importantes : Kidioui dispose d'un SEO en interne, et est aussi accompagné par l'agence Woptimo. Ces résultats ne s'expliquent donc pas uniquement par cette page web créée en une journée, mais par de nombreux autres efforts.

 

Quand des voitures volées génèrent des backlinks

Le site n'en était d'ailleurs pas à son coup d'essai en matière de buzz et de linkbaiting. En février 2011, Kidioui avait eu le culot de monter le site voiture-volee.com, un faux site bien ficelé de mise en relation entre acheteurs et voleurs de voitures. Cela n'avait, bien entendu, pas manqué d'attirer l'attention et de générer de nombreux backlinks...

Petit bémol cependant en matière de SEO, car tous les sites avaient alors pointé vers voiture-volee.com, et non vers le domaine de Kidioui. A la fin de l'opération, un texte avait cependant pu indiquer sur la page le slogan : '"il n'y avait pas besoin d'acheter volé pour moins cher, car il y avait kidioui.fr". Ce dernier backlink en dofollow et bien visible avait donc pu retransmettre une partie de la popularité acquise lors de l'opération virale.

 

le site voiture- volee.com a fait le buzz et généré de nombreux backlinks. il
Le site voiture- volee.com a fait le buzz et généré de nombreux backlinks. il renvoie aujourd'hui vers kidioui.fr avec un lien en dur. © Kidioui.fr - capture

Quelques mois après, à l'été 2011, rebelote : Kidioui réussit de nouveau à attirer l'attention en proposant de payer les amendes de tous ceux qui les postaient sur le site et qui récoltaient suffisamment de vote. Là aussi, beau linkbaiting.

Et si cette fois-ci, les liens pointaient bien vers le bon domaine (le site Kidioui.fr), les requêtes sur lesquelles Kidioui a pu se positionner grâce à cette opération (comme "payer amende") ne représentaient pas son cœur d'activité. Un autre bémol qui concerne également l'opération "voiture volée".

 

"C'est aussi parce qu'elle nous a permis de nous faire remonter sur des requêtes plus stratégiques pour nous, que l'opération sur les voitures fabriquées en France nous semble la plus réussie en termes de SEO. Et puis cela s'est fait naturellement. N'est-ce pas précisément le sens de référencement naturel ?", fait remarquer Ouri Stopek. Sans oublier que l'opération n'a pratiquement rien coûté... Peut-être que les meilleurs buzz sont finalement aussi ceux que l'on ne prévoit pas.

Google / Référencement naturel