Neelie Kroes : nouvelle commissaire européenne au Numérique

Après 5 ans passée comme commissaire européenne à la concurrence, Neelie Kroes passe le flambeau. Plusieurs grands dossiers IT ont émaillé son parcours : Microsoft, Intel et Oracle.

En poste depuis le 22 novembre 2004 au titre de commissaire à la concurrence à la Commission européenne, Neelie Kroes vient de passer la main à Viviane Reding.  Femme politique allemande à poigne, elle a été amenée à prendre en main au long de son mandat plusieurs dossiers brûlants.

Née aux Pays-Bas et titulaire d'un master en économie,  Neelie Kroes est nommée à son poste de commissaire européenne à l'âge de 63 ans. Avec, pour principales missions, de prévenir les ententes entre entreprises pour fixer les prix ou se partager des marchés, d'empêcher les fusions et rachats entravant le jeu de la concurrence, et de veiller à ce que l'argent des contribuables des 27 pays de l'Union soit dépensé efficacement.

Reconnue pour ses qualités de bourreau de travail, elle dispose de suffisamment de ressources pour siéger dans huit conseils de surveillance dont ceux de Thales, Lucent Technologies ou de New Skies Satellites. Mais également d'occuper la fonction de membre de comité de direction dans pléthore d'organisations (Dutch Aviation Platform, ProLogis International, World Cancer Research Fund...).

L'amende infligée à Microsoft doit beaucoup à la ténacité de Neelie Kroes

Son parcours au sein de l'UE a été émaillé de plusieurs dizaines d'affaires dont certaines n'ont pas manqué de secouer le monde IT.  La principale d'entre elles, et non des moindres, a été celle ayant opposé la Commission à Microsoft.  

Accusé d'abus de position dominante pour un manque d'interopérabilité de ses produits ou encore pour vente liée (Windows Media Player, Internet Explorer...), le Microsoft a dû régler une première amende de plus de 600 millions d'euros en 2007. Avant une seconde, bien plus importante, de 1,68 milliard d'euros qui n'aurait certainement pas pu atteindre un tel sommet sans la ténacité de la commissaire à la concurrence.  

Autre épineux dossier passé entre les mains de Neelie Kroes, celui qui a concerné l'abus de position dominante et la violation de brevets d'Intel. Ouverte à l'initiative du concurrent de toujours AMD , elle plane cependant encore et toujours sur lui. Et ce, en dépit du versement par Intel à AMD d'une somme astronomique de 1,25 milliard de dollars.

Car s'il a permis de mettre un terme aux actions menées par AMD par le biais de différentes institutions juridiques mondiales, ce versement n'empêche en aucun cas l'Union européenne de poursuivre ses investigations, et à terme d'aboutir, pourquoi pas, à une autre condamnation record. Une possibilité que n'exclut clairement pas Neelie Kroes.

Neelie Kroes succède à Viviane Reding comme commissaire au Numérique

Autre brûlant dossier sur lequel Neelie Kroes a fait la démonstration de sa poigne de fer : le rachat de Sun Microsystems par Oracle. Après avoir publiquement pointé du doigt le département de la Justice américain qui s'était alors fendu d'un communiqué officiel pour apporter son soutien à la fusion, Neelie Kroes n'a pas reculé d'un cran.

Commissaire jugée inflexible par ses supporters, et intransigeante pour ses détracteurs, Neelie Kroes n'était en tout cas pas bien placée pour se succéder à elle-même à ce poste hautement convoité et des plus stratégiques. Sans grande surprise néanmoins, elle a été désignée pour succéder à la Luxembourgeoise Viviane Reding au poste de commissaire à l'économie numérique. Elle prendra ses fonctions dès février 2010. Quant à Viviane Reding , elle atterri à la Justice et aux droits fondamentaux.

Autour du même sujet