Confidentiel : l'e-commerçant de mobilier vintage Design Market lève 400 000 euros

La start-up a notamment convaincu les business angels Christophe Salanon, ex-DG de Meetic, et Jérémie Bonnin, secrétaire général du groupe Altice, d'entrer à son capital.

Design Market, e-commerçant français de mobilier design vintage, vient de boucler une levée de fonds de 400 000 euros auprès de plusieurs business angels dont Christophe Salanon, ex-DG de Meetic, Jérémie Bonnin, secrétaire général du groupe Altice, et Laurent Borey, avocat et associé fondateur du cabinet Mayer Brown.

250 galeries partenaires

David Mimouni et Lionel Obadia, cofondateurs de Design Market.

Lancé en 2014, Design Market propose du mobilier et de la décoration vintage souvent signés de grands designers du 20ème siècle en s'appuyant sur un réseau de 250 galeries et antiquaires spécialisés sélectionnés en Europe. Grâce à un partenariat exclusif avec la Compagnie des Experts Français en Antiquités (CEFA), Design Market propose des pièces authentifiées par des experts professionnels.

Forte des fonds levés, la jeune pousse souhaite financer sa croissance à l'international. Si Design Market dispose déjà d'un site en anglais, seul 10% de son chiffre d'affaires provient pour l'instant de l'international. "Nous allons investir dans le marketing et la publicité pour accroitre notre notoriété, d'abord dans de grandes capitales européennes comme Londres, Berlin ou Amsterdam, explique Lionel Obadia, président et cofondateur. Dans un second temps seulement, quand nous aurons atteint une position de leader en Europe, nous nous tournerons vers les Etats-Unis."

Panier moyen supérieur à 1 000 euros

100 000 visiteurs par mois

Design Market propose en permanence entre 2 500 et 3 000 produits à la vente et étend constamment son réseau de partenaires. Le prix des pièces varie entre 100 et 20 000 euros. La start-up qui emploie sept salariés revendique 100 000 visiteurs par mois et un panier moyen supérieur à 1 000 euros.

Développer l'activité btob

Design Market prélève une commission de 20% environ sur chaque vente –le pourcentage varie selon la pièce. La start-up compte développer son axe btob en conseillant notamment des restaurants ou hôtels pour leur aménagement. Un personal shoper dédié chine alors pour eux à la carte. "Nous espérons ainsi générer de gros volumes", note Lionel Obadia.

Le site devrait par ailleurs ouvrir de nouvelles rubriques connexes. "Nous allons étendre le scope de la marketplace avec d'autres produits comme des montres anciennes ou des bijoux anciens… Mais c'est encore à l'étude", précise le président.

Levée de fonds / Business angel