W3C / WCAG 2.0 : une clarification des règles d'accessibilité

Dans leur nouvelle version, les règles recommandées par le W3C en matière d'accessibilité Web ont été simplifiées. Objectif : faciliter l'appropriation et la diffusion de ces bonnes pratiques.

Le W3C a publié le 11 décembre dernier la deuxième version de son guide sur l'accessibilité Web : WCAG 2.0 (Web Content Accessibility Guidelines). Rappelons que cette spécification fournit un certain nombre de règles sur la manière de présenter des contenus Web (textes, images, audio et vidéo) en vue de les rendre accessibles aux personnes atteintes de déficiences (visuelles, auditives, physiques, cognitives et neurologiques).

Principal évolution de cette nouvelle version : une réduction du nombre de règles d'accessibilité. Même si ses objectifs demeurent les mêmes, "l'organisation de la version 2.0 des WCAG rend le document normatif globalement plus simple à comprendre que sa version précédente", indique BrailleNet, association française pour la promotion d'un Internet accessible.

WCAG 2.0 se décline en quatre grandes règles relatives à la perception d'un contenu, avec pour chacune des objectifs à remplir :

- S'assurer que le contenu Web est perceptible par tout internaute. "La perception du contenu par tous passe par exemple par la mise en œuvre d'alternatives aux contenus visuels et auditifs (le sous-titrage vidéo, les légendes...) et une adaptation de la présentation et du contraste des couleurs", synthétise le W3C.

- S'assurer que le contenu Web est utilisable par tout internaute.
Un contenu "utilisable" par tous doit notamment pouvoir être lisible par le biais des touches du clavier, mais aussi présenter un temps d'affichage suffisant pour permettre une compréhension de l'information (notamment dans le cas des animations).

Sur ce point, l'association Braillenet insiste sur l'importance d'aider les utilisateurs à naviguer à travers les contenus pour trouver ce qu'ils cherchent, mais aussi de ne pas recourir à des contenus susceptibles de causer des crises d'épilepsie photo-sensible.

- S'assurer que le contenu Web est compréhensible par tous. L'application de cette règle implique notamment d'optimiser la lisibilité des textes, et de mettre en place des fonctions d'aide à la saisie.

- S'assurer de la robustesse du contenu
. "Un contenu robuste nécessite par exemple d'optimiser sa compatibilité avec les technologies d'aide fonctionnelle (pages brailles...)", précise le W3C.

La nouvelle version est plutôt bien accueillie par les professionnels du domaine. "En comparaison aux quatorze directives proposées dans WCAG 1.0, il est clair qu'on y gagne beaucoup en termes de simplicité et d'efficacité", indique Denis Boudreau, consultant en accessibilité du Web.

Annonces Google