French Days : date, bilan, Amazon, Cdiscount, Fnac, origine...

French Days : date, bilan, Amazon, Cdiscount, Fnac, origine... Voici tout ce qu'il faut savoir sur les French Days. Cet événement commercial se déroule deux fois par an et se veut un Black Friday à la française.

[Mise à jour du mercredi 3 octobre 2018 à 13h02] Les French Days d'automne, c'est fini ! Cet événement commerciale de promotions initié par Boulanger, Cdiscount, Fnac Darty, La Redoute, Rue du Commerce et Showroomprivé, a commencé vendredi 28 septembre 2018 et a fini lundi 1e octobre inclus. Plus de 90 marchands ont rejoint l'opération, parmi lesquels ASOS, Carrefour, Kiabi, Sarenza ou encore Monoprix. Amazon a aussi été de la partie avec des codes promotionnels.

Pourtant, les résultats de cette deuxième édition des French Days sont décevants, à en croire Idealo, le comparateur de prix européen du groupe Axel Springer, créé en 2000 et qui regroupe 93 millions d'offres proposées par plus de 10 000 marchands. Ce dernier constate sur son site une très légère hausse de la fréquentation : 15% par rapport aux deux semaines précédentes. Le pic de trafic a été enregistré le dimanche 30 septembre, mais reste "similaire à la fréquentation du lundi de la rentrée des classes", précise Idealo. En comparaison, le trafic avait augmenté de 22% par rapport à la semaine précédente lors des premiers French Days d'avril-mai 2018.

Le pic de trafic enregistré le dimanche  reste similaire à la fréquentation du lundi de la rentrée des classes

Les raisons de ce bilan en demi-teinte sont multiples: achats de rentrée déjà effectués, paiement des impôts, effet surprise d'une première édition qui ne se renouvelle pas à la deuxième… Mais pas seulement : les promotions ont été décevantes pour les consommateurs, selon Idealo. Les prix des produits ont en effet augmenté, en comparaison des deux week-ends précédents, sauf sur les chaussures basses pour homme remisées en moyenne de 5,6%.

Les dix catégories les plus populaires pour ces French Days sont :

  • Les smartphones (1)
  • Les baskets (2)
  • Les casques audio (3)
  • Les tablettes (4)
  • Les ordinateurs portables (5)
  • Les imprimantes (6)
  • Les sacs à dos (7)
  • Les Lego (8)
  • Les Play mobile (9)
  • Les sièges auto & rehausseurs (10)

Certains marchands ne tiennent pas le même discours. L'e-commerçant de mode BrandAlley assure avoir observé une hausse de 75% de son chiffre d'affaires sur le week-end des French Days par rapport à la moyenne du mois de septembre. Il a vendu plus de 40 000 produits en 3 jours.

Date des French Days

Organisée pour la rentrée, la deuxième édition des French Days s'est déroulée du 28 septembre au 1e octobre 2018. "A la différence de la première édition, l'objectif était moins d'occuper un creux de consommation que de répondre aux besoins complémentaires des consommateurs", assure au JDN Nathalie Mesny, PDG de Rue du commerce.

La première édition des French Days s'est plutôt déroulée du 27 avril au 1er mai 2018. "Nous avions réussi le pari de créer un nouveau rendez-vous de consommation durant une période réputée difficile avec les ponts de mai", remet en perspective Nathalie Mesny.

La date des French Days 2019 n'est pas encore fixée. Cependant, les six enseignes fondatrices semblent vouloir pérenniser l'opération. " Nous souhaitons proposer aux Français deux rendez-vous réguliers par an au printemps et à la rentrée",  explique Nathalie Balla, coprésidente de La Redoute au Parisien.

" Nous souhaitons proposer aux Français deux rendez-vous réguliers par an au printemps et à la rentrée"

Pour résumer, les French Days veulent devenir le pendant français du Black Friday. Durant quelques jours, au printemps et à l'automne, les promotions s'enchaînent sur le high-tech, les vêtements et autres produits. Les six e-commerçants français fondateurs souhaitent désormais ouvrir l'événement à tous les marchands en France, mais encore faut-il que les consommateurs suivent…

French Days 2018

La première édition des French Days a eu lieu en avril-mai 2018. En plus des six enseignes fondatrices, plus de 200 sites Internet ont rejoint le mouvement des promos. Parmi eux, Auchan, Monoprix, Sarenza, le groupe Beaumanoir (Cache-cache, Morgan, Bonobo…), Camaïeu, Kiabi, Rakuten France, Beauty Sucess, Nocibé ou encore Atlas for Men. Même Amazon est rentré dans le jeu.

"Les résultats positifs de la première édition nous ont permis de convaincre facilement nos fournisseurs et marchands"

Lors de la première édition, le délai de préparation fut très court pour préparer les French Days. "Annoncée au grand public mi-avril, l'opération a été montée en deux mois à peine. Un apprentissage des marques et des consommateurs est encore nécessaire", estime Anil Benard-Dende, directeur général des opérations chez Showroomprivé. Il a fallu informer les consommateurs à grands renforts de publicités, fixer rapidement les cahiers des charges auprès des fournisseurs ou encore convaincre les marchands tiers des places de marché de jouer le jeu.

Après cette première édition printanière, les six e-commerçants fondateurs ont donc décidé, par surprise, de casser à nouveau les prix pour la rentrée cette fois-ci ! Les choses ont été plus faciles dans la mise en place. "Les résultats positifs de cette première édition nous ont permis de convaincre facilement nos fournisseurs et marchands", explique Nathalie Mesny.

Pourquoi des French Days à l'automne ? "Nous nous sommes dit : il y a quelque chose à jouer pour ce deuxième semestre avant le Black Friday. Cette période est souvent très contrainte pour les clients avec la rentrée, les impôts et les inscriptions des enfants à des activités extra-scolaires", répond Nathalie Mesny.

French Days : aux origines

Qui a eu l'idée des French Days ? En janvier 2018, Delphine Gény-Stephann, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances, a appelé de ses vœux une nouvelle opération commerciale au printemps. Certains professionnels en parlaient depuis longtemps. "Entre e-commerçants, on se réunit régulièrement et l'idée est partie de comment on pouvait se réinventer au premier semestre pour créer un pendant au Black Friday", confirme à l'AFP Annabel Chaussat, directrice marketing et e-commerce de Fnac-Darty.

Bilan des premiers French Days

Le porte-monnaie des Français est-il extensible au point de suivre toutes les nouvelles fêtes commerciales ? A en croire les marchands, l'intérêt des consommateurs a été réel. "Nos sites ont tous enregistré une hausse d'activité significative notamment le premier jour", ont déclaré les six enseignes fondatrices dans un communiqué commun. Interrogés par le JDN, quelques marchands sont plus précis. "Ces cinq jours de promotions ont permis une croissance à deux chiffres de notre CA par rapport à l'année dernière", affirme Ferdinand Tomarchio, directeur commercial de Cdiscount. Rakuten France a aussi constaté une hausse de 45% de son chiffre d'affaires le premier jour sur un an. Showroomprivé et BeautéPrivée affichent quant à eux une envolée des ventes de, respectivement, 42 et 75%, en comparaison à la même période en 2017.

Idealo a constaté que les French Days de mai ont fait à peine mieux que le week-end de Pâques

Même son de cloche côté audience. "Nous avons observé une hausse de 49% des visiteurs uniques sur nos sites de bons plans Ma Reduc et Poulpeo par rapport à l'année dernière", complète Meryem Bessieres, directrice marketing chez RetailMeNot, une société qui accompagne près de 8 000 marchands dans leurs promotions digitales. Les French Days ont permis de créer du trafic et d'acquérir de nouveaux clients. Une démarche nécessaire pour gagner en parts de marché pour les marchands.

Un point noir cependant. Dans une étude publiée en mai 2018, Idealo, le comparateur de prix, constate que les French Days ont eu "moins d'impacts sur les achats en ligne que le Black Friday" et ont fait à peine "mieux que le week-end de Pâques".

Et aussi :

Annonces Google