Retour aux fondamentaux, haro sur les coûts

En 2006 LEGO confie une partie de la production à un sous-traitant, Flextronics. © LEGO

Le nouveau PDG continue le recentrage amorcé par son prédécesseur. Objectif : revenir à son métier historique, la brique LEGO. "Nous nous étions éloignés de notre cœur de marché", reconnaît aujourd'hui Stéphane Knapp, le directeur marketing France.

Dans le même temps, le groupe opère une diminution drastique des coûts. Les parcs LEGOLAND sont cédés à Merlin, une partie de la production est confiée à un sous-traitant, Flextronics, avec des usines en Europe de l'Est et au Mexique. Entre 1998 et 2008, LEGO se sera séparé de la moitié de ses effectifs, avec plus de 4 400 suppressions d'emploi.

Suggestions de contenus