Ces entreprises qui ont quitté la bourse Deveaux : des contraintes pousse-au-crime ?

deveaux s'est retiré de la bourse le 29 juin 2007.
Deveaux s'est retiré de la bourse le 29 juin 2007. © Deveaux SA

"Les fabricants de textile n'ont plus leur place en bourse", affirmait catégoriquement Lucien Deveaux en 2007 dans un entretien à La vie financière. Figure emblématique du secteur (il est président de l'Union des industries textiles) et patron de Deveaux, il est à la tête d'un petit empire familial de 74 millions d'euros de chiffre d'affaires. "Pour [nous], la réactivité et la créativité sont indispensables, continuait-il. Faire des prévisions à un an est donc mission impossible".


L'introduction de Deveaux en Bourse, en 1986, avait pour objectif de préserver l'indépendance de l'entreprise. Mais désormais, pour le patron, "le label "société cotée" n'apporte plus de valeur ajoutée significative. L'image, plutôt péjorative du secteur textile, se trouve finalement être un handicap". A noter que Lucien Deveaux a été condamné en septembre 2006 pour " manipulation de cours de Bourse". Il avait chargé la banque Fideuram Wargny d'acheter ses titres pour faire monter artificiellement le cours. Condamné à quatre mois de prison avec sursis et 225 000 euros d'amende, Lucien Deveaux s'avoue "responsable mais pas coupable", mettant en cause "les contraintes trop importantes pour les petites entreprises cotées".