Se mettre à son compte : quelle structure choisir Se poser les bonnes questions

"L'entrepreneur est une personne qui veut changer la réalité", commente Alain Bosetti, président du salon des micro-entreprises. Soit, mais face à la complexité de la réalité, mieux vaut avoir les pieds sur terre avant de se jeter dans le grand bain de l'indépendance. Car du portage salarial à la création d'une SARL, en passant par le nouveau statut d'auto-entrepreneur, les possibilités pour lancer une entreprise sont nombreuses et ne répondent pas à la même logique ni aux mêmes besoins. Avant de choisir, il faut se poser les bonnes questions et y répondre le plus honnêtement possible.

alain bosetti, président du salon des micro-entreprises
Alain Bosetti, président du Salon des micro-entreprises © A. Bosetti

 Pourquoi est-ce que je veux créer une activité ? Est-ce pour concevoir quelque chose qui perdura après moi, pour assurer mon emploi, pour compléter mes revenus...

 Quelles sont mes ambitions ? Travailler jusqu'à ma retraite, monter un projet qui va croître dans l'avenir...

 Quelle est ma situation personnelle ? Dressez un état des lieux de votre patrimoine, situation matrimoniale et évaluez le risque inhérent à l'activité démarrée. La protection du patrimoine est un facteur important qu'il ne faut pas sous-estimer. "Si à moins de trente ans, on a rarement un large patrimoine personnel, à plus de 50 ans, il faut être attentif car il est généralement plus notable."

 Quels sont mes fonds de départs, comment est-ce que je compte les réunir, ai-je des investisseurs ?

 Est-ce que je travaille seul ou avec un ou des associés ?

"Il est important de ne pas se mentir et ne pas être complaisant avec soi-même, note Alain Bosetti. Si je crée mon entreprise parce que je me sens obligé de le faire, mieux vaut s'en rendre compte."