Autre option : s’accrocher

Rester coûte que coûte peut aussi s'avérer payant. © Alphaspirit - Fotolia.com
Continuer de croire à la survie de l’entreprise peut être une option, si les informations obtenues ne sont pas alarmantes. "Le salarié peut alors accepter de réduire provisoirement son salaire ou de ne pas recevoir de bonus, explique Thierry Krief. C’est un pari : si l’entreprise se redresse, la direction sera reconnaissante envers ceux qui ont accepté des sacrifices et continué à travailler." "Dans le cas de PME, les employés peuvent aussi racheter leur entreprise, raconte Rosa Rossignol, sous forme de coopérative. C’est un pari sur l’avenir, qui peut s’avérer payant, même si c’est rare". "Choisir de rester coûte que coûte peut aussi être une stratégie, analyse le coach Gilles Noblet : attendre le licenciement économique et de toucher des indemnités durant la recherche d’un nouveau poste".
Suggestions de contenus