Du coup, un tic de langage à bannir

Ecrire "du coup" mérite de se faire tordre le coup. © JDN
La locution "du coup" a d'abord été employée au sens propre : "un poing le frappa et il tomba assommé du coup", explique l'Académie française. Ensuite, elle a été utilisée pour introduire la conséquence d'un événement : "un pneu a éclaté et du coup le vélo est sorti de la route". La locution a pour équivalent sémantique la formule "aussitôt". Et en dehors de ces deux sens, "du coup" est incorrect et son emploi relève de l'abus de langage. On ne peut pas en faire un synonyme de "donc", "de ce fait", "par conséquent"... On évitera également de faire de "du coup" un simple adverbe de discours sans sens particulier, comme "on fait quoi du coup ?"
Suggestions de contenus