Budget 2021 : impôts, APL, MaPrimeRénov'... Ce qui va changer

Budget 2021 : impôts, APL, MaPrimeRénov'... Ce qui va changer Découvrez les principales mesures de nature à impacter les finances des particuliers contenues dans le projet de loi de finances pour 2021, présenté en Conseil des ministres ce lundi 28 septembre.

Chaque année, la présentation par le gouvernement du projet de loi de finances pour l'année qui suit est un rendez-vous immanquable pour qui s'intéresse aux mesures fiscales à venir. Voici les dispositions du projet de budget 2021, pour certaines déjà annoncées dans le plan de relance, impactantes pour les finances des particuliers.

Revalorisation du barème de l'impôt sur le revenu

La loi de finances pour 2020 prévoyait l'indexation du barème de l'impôt sur le revenu sur l'inflation, c'est-à-dire une révision des seuils d'entrée dans les tranches du barème. C'est donc à une revalorisation de +0,2% qu'il faut s'attendre pour 2021. L'entrée dans le champ de l'impôt sur le revenu devrait donc se faire à 10 084 euros pour une part de quotient familial (célibataire sans enfant) au lieu de 10 064 euros. Plus de détails sur le barème 2021 de l'impôt sur le revenu ici. Le projet de loi de finances pour 2021 prévoit également, pour les revenus perçus ou réalisés à compter du 1er janvier 2021, d'ajuster les limites des tranches de revenus des grilles de taux de prélèvement à la source par défaut en fonction de l'évolution du barème de l'impôt. "Ces dispositions permettront de neutraliser les effets de l'inflation sur le niveau d'imposition des ménages", justifie l'exécutif.

Elargissement du bénéfice de MaPrimeRénov' à tous les ménages

La mesure avait déjà été annoncée dans le cadre du plan de relance pour la France, dévoilé début septembre. Lancé en janvier 2020 pour soutenir la rénovation énergétique des logements, le dispositif MaPrimeRénov', jusque-là conditionné à un certain niveau de revenus, sera accessible à tous les ménages à compter de 2021. Les devis signés à partir du 1er octobre 2020 sont déjà concernés par l'élargissement de l'aide. A noter toutefois que si le bénéfice du dispositif est étendu aux ménages les plus aisés, le montant alloué, qui dépendra également de la localisation du logement et du type de travaux, sera dégressif avec le niveau de revenus. "Pour les foyers les plus modestes, l'aide peut aller jusqu'à 90% du devis, puis elle descend à 75%, 60% et 40% pour les ménages les plus aisés", a précisé Emmanuelle Wargon, la ministre déléguée chargée du Logement. Un barème spécifique sera par ailleurs appliqué à l'Ile-de-France. Une bonification de 1 500 euros pour les passoires thermiques et un soutien aux rénovations globales sont également prévus dans la nouvelle version du dispositif MaPrimeRenov'.

Réforme des aides au logement

Ce n'était que partie remise. La réforme du mode de calcul des aides au logement, dont l'entrée en vigueur, prévue en avril 2020, a été décalée en raison de la crise du coronavirus, sera effective à compter de 2021. "Les aides au logement seront calculées et versées 'en temps réel'", promeut le gouvernement. C'est-à-dire que le bénéfice des aides au logement, et notamment de l'APL, sera évalué à partir des ressources actuelles du demandeur et non plus sur de ses ressources en année N-2. De quoi faire grimper instantanément le montant de l'aide en cas de baisse de revenus. Et inversement.

Reconduction du bonus écologique

En vue de réduire les émissions de gaz à effet de serre, le barème des aides octroyées aux ménages lors de l'achat d'un véhicule électrique a été révisé à la hausse en 2020, permettant d'aller jusqu'à 7 000 euros. Ce bonus est maintenu en 2021.

Création d'un crédit d'impôts pour l'installation de bornes de recharge de véhicules électriques

Le projet de loi de finances pour 2021 instaure un crédit d'impôt pour l'installation de bornes de recharge de véhicules électriques sur les places de stationnement résidentiel.