Platform.sh, ce cloud français qui défie Kubernetes

Platform.sh, ce cloud français qui défie Kubernetes Le PaaS parisien gère le déploiement d'applications aussi bien sur AWS qu'Azure ou le cloud d'Orange. Au sein d'un pipeline sans couture, il automatise la production de bout en bout.

Rendre les applications déployables, de manière transparente, quel que soit le cloud. C'est désormais la mission que se donne le Français Platform.sh. Initialement, la start-up hébergeait sa solution de PaaS (Platform as a Service) chez Amazon Web Services (AWS). En 2016, elle annonçait son portage, en parallèle, sur le cloud d'Orange puis sur celui de Microsoft (Azure). "Nous proposons ainsi une offre qui permet de réaliser des mises en production sur ces trois clouds, avec à la clé une allocation de ressources machines automatisée en fonction de l'accroissement du trafic", se félicite Frédéric Plais, CEO de Platform.sh.

Platform.sh n'en conserve pas moins ce qui fait son ADN historique : un pipeline de déploiement continu tirant parti de l'agilité des containers logiciels (Linux). Grâce à cette infrastructure invisible pour l'utilisateur, le PaaS permet de créer à la volée des environnements de pré-production identiques, à l'octet près, à l'application en production. "Il est ainsi possible de lancer autant de projets d'évolution applicative que nécessaire en parallèle, tout en ayant la garantie d'un rendu rigoureusement identique lors du passage en production", explique Frédéric Plais. Exit donc les bugs et autres mauvaises surprises qui peuvent surgir au moment d'une release.

Automatisation et multicloud

"Cette capacité d'automatisation combinée à notre orientation multicloud, nous positionne comme un anti-Kubernetes. Nous proposons une approche simple mais efficace, qui ne nécessite pas le niveau de technicité et d'investissement de Kubernetes, mais pour un résultat qui s'en rapproche", explique  Frédéric Plais. "Il s'agit en quelque sorte d'un Kubernetes NoOps (ou No Operations, ndlr)."

"Nous proposons en quelque sorte un Kubernetes NoOps"

Cette logique plus haut de gamme conduit Platform.sh à commercialiser depuis quelques mois une édition taillée pour les grandes entreprises (Platform.sh Enterprise). Quelles différences avec son offre historique ? Dans son produit standard, Platform.sh s'étend sur 12 régions d'hébergement à travers le monde. Chacune se nichant sur l'un des trois clouds précités : en Irlande et en Australie par exemple, il s'agit d'AWS, en Allemagne d'Azure, ou encore en France de Flexible Engine (le cloud d'Orange construit en partenariat avec le Chinois Huawei).

Via sa déclinaison Enterprise, Platform.sh ouvre la possibilité de déployer des applications à la demande sur n'importe quelle autre région d'AWS, Azure ou Flexible Engine. Ces trois clouds confondus, Platform.sh Enterprise est présent sur 63 régions à travers le monde. Autres particularités de l'édition Enterprise de Platform.sh, elle garantit un taux de disponibilité de 99,99%, et une réponse sous une heure aux tickets de support prioritaires.

Avec son offre entreprise, Platform.sh gère à 100% les pics de trafic, y compris ceux n’étant pas prévus par l’abonnement souscrit. Platform.sh Enterprise intègre par ailleurs un service de CDN (Content Delivery Network). © JDN / Capture

Platform.sh revendique 5 000 clients (parmi lesquels 527 ont souscrit à son offre Enterprise). Leur profil ? Répartis un peu partout autour de la planète, il s'agit de start-up (Teeps, Flixbus), d'agences web (Emakina), de retailers (Peter Ward), de médias (Financial Times, Le Temps, El Universo), d'éditeurs (Hachette), de marques de prêt-à-porter (Gap) et, plus généralement, de sites à forte audience qui doivent déployer en continu, sans interruption de service, tout en absorbant les pics de trafic. Côté grands comptes, la société parisienne affiche la Banque Nationale de Belgique et Lufthansa parmi ses références.

En termes de tarification, Platform.sh met en avant des abonnements annuels ou mensuels avec un prix en fonction du nombre de pages vues et d'applications. "Comparé aux tarifications à la minute dépendantes des ressources informatiques consommées (proposées par les IaaS, ndlr), il n'y a aucune inconnue", souligne Frédéric Plais.

Une levée de fonds aux Etats-Unis ?

Pour accélérer sa croissance, Platform.sh a le marché chinois en ligne de mire. Le PaaS a déjà acquis des ressources d'hébergement localement pour répondre aux besoins de certains de ses clients ayant souscrit à son offre d'entreprise. Mais l'éditeur envisage désormais de conclure un accord avec un cloud local pour y déployer son PaaS, dans la même logique que les partenariats signés avec AWS, Azure et Orange. Des pourparlers sont en cours. La sélection de platform.sh par BPI France dans le cadre du programme Impact China 2018 devrait contribuer à accélérer le processus.

Comptant 70 salariés, Platform.sh a ouvert des bureaux en Allemagne (Cologne), en Angleterre (Londres), et aux Etats-Unis (San Francisco). Fort d'un cash flow positif depuis deux trimestres, la société n'exclut pas de lever des fonds aux Etats-Unis pour accélérer sa croissance. Dans cette dynamique, elle pourra aussi compter sur ses partenaires noués sur le terrain du SaaS. Que ce soient Magento Commerce (éditeur du système d'e-commerce du même nom), eZ Systems (éditeur d'eZ Publish) ou encore SensioLabs (éditeur de Symfony), tous ont fait le choix de sa technologie pour opérer leurs propres offres en mode cloud.

A lire aussi

Annonces Google