Certifications professionnelles : un tremplin pour l'emploi La certification professionnelle : un élément indispensable à la certification d'organisation

Les certifications professionnelles s'inscrivent dans la catégorie des certifications de personnes. Un domaine à ne pas confondre avec celui des certifications d'organisation, bien qu'intimement lié à ce dernier. Une remise en perspective s'impose.

thierry chamfrault, responsable de la commission education de l'itsmf
Thierry Chamfrault, responsable de la commission Education de l'itSMF © itSMF

 Les certifications d'organisation ont pour but de reconnaître le degré de conformité d'une entreprise ou d'une administration publique avec une norme ou un référentiel de qualité (c'est le cas d'Iso 20 000 ou 27 001 dans l'informatique). Dans ce cadre, les entreprises réalisent des audits en faisant appel à un tiers certificateur indépendant, comme l'Association française de normalisation (Afaq-Afnor).

"Un type de certification qui n'a aucune valeur légale, mais qui permet néanmoins à l'organisation de s'améliorer, notamment dans le cas d'une démarche Iso 9001", prévient Thierry Chamfrault, responsable de la commission Education de l'itSMF (association de promotion d'ITIL en France), avant de prévenir : "Attention, une telle certification ne doit pas devenir superfétatoire, et ne pas être utilisée uniquement pour se positionner au niveau marketing, dans un appels d'offres par exemple."

 La certification de personne reconnaît, elle, une connaissance technique ou professionnelle. Sur ce terrain, on distingue les certifications décernées par des fournisseurs, qui sanctionnent l'aptitude à maîtriser leur offre technologique. Tous les grands fournisseurs proposent ce type de cursus, qui passe en général par des sessions de tests. Aux côtés de cette première catégorie figurent donc aussi les certifications professionnelles décernées de leurs côtés par des organismes indépendants.

La certification de personne : à ne pas confondre avec la certification d'organisation

 "Certaines certifications professionnelles visent à certifier les auditeurs qui iront à leur tour certifier les organisations. Elles constituent aux yeux du marché une reconnaîssance de leur indépendance et de leur habilité d'auditeur", explique  Thierry Chamfrault. C'est la logique proposée sur le terrain informatique et télécoms par l'Isaca (Information Systems Audit and Control Association) et son chapitre français, l'Afai (Association Française de l'Audit et du Conseil Informatiques).

Mais il existe beaucoup d'autres certifications professionnelles. "Sans concerner l'audit, elles attestent que l'être humain dans ses missions est fidèle à un référentiel de bonnes pratiques portant sur tel ou tel aspect, par exemple du système d'information", poursuit  Thierry Chamfrault. "C'est notamment le cas avec les certifications ITIL ou CMMi pour la DSI."

Audit