Pierre Harand (Microsoft) "Pour concurrencer Google, nous combinons référencement naturel et flux de données partenaires"

Pertinence de l'indexation, organisation des réponses et aide à la décision... Le responsable France du moteur de recherche décrypte les principales innovations apportées par Bing.

JDN Solutions. Qu'est-ce que Bing change pour les référenceurs ?

Pierre Harand. Les principales évolutions de Bing portent sur l'expérience utilisateur. Du côté du référencement, le moteur de recherche s'inspire en grande partie de ce qui existait déjà dans Live Search, notamment le service pour soumettre des sites Web. Avec Bing, nous avons déployé un environnement de partage d'expériences techniques appelé Bing Community, ainsi qu'un nouvel espace destiné aux webmasters pour les aider à optimiser leurs pages. Il a pour but de diffuser toutes les informations pour leur permettre de tirer parti des dernières innovations de Bing en termes d'affichage.

Prenons un exemple précis. Bing introduit une rupture en matière d'affichage des résultats. Notamment, il permet à l'internaute d'afficher des extraits des pages Web de réponse en passant la souris sur les liens. Notre espace pour les webmasters donne des conseils sur la manière de maîtriser l'extrait qui sera ainsi publié par Bing. Certains sites souhaiteront pousser des données précises, d'autres préféreront conserver un effet de surprise et éviter de voir afficher des informations en amont dans le moteur.

Quelles sont les autres grandes innovations introduites par Bing ?

Au-delà de la pertinence des réponses publiées sur la première page de résultats d'une requête, avec notamment cette fonction de prévisualisation, nous avons également travaillé sur la structuration et l'organisation des réponses par le biais de tables des matières. Par exemple, sur la requête "Obama" saisie dans Bing Etats-Unis, vous avez accès à plusieurs catégories de réponses : Actualités, Biographie, Discours... De même, sur une requête portant sur le nom d'une voiture, la version finale de Bing est capable de renvoyer vers des sous-requêtes : concessionnaires, sites de vente de pièces détachées, réparateurs... Là encore, nous développons des techniques pour permettre aux sites Web de tirer au mieux parti de ce dispositif au niveau du référencement naturel.

"Nos moteurs de comparaison reposent pour la plupart sur le référencement naturel"

Un autre axe d'innovation de Bing s'articule autour de services d'aide à la décision. Il s'agit des interfaces de recherche comparatives que nous avons mises en place en matière de shopping, d'aide aux choix de restaurants et de billets d'avion. Ces services reposent pour la plupart sur de l'indexation et du référencement naturel. Pour un produit donné, par exemple un appareil photo, nous sommes capables de classer les sites en fonction des tarifs proposés, ou encore de calculer une note par fonctionnalité, en reprenant les notes déposées sur chacun des sites sources : Yahoo, Cnet, Amazon... Nous calculons la note finale à partir de systèmes de notation différents selon les sources. 

Actuellement, tous ces services sont finalisés dans la version américaine de Bing. Les équipes américaines sont en train de travailler sur les déclinaisons pour les autres pays. La version finale de Bing devrait être lancée pour la France d'ici 12 mois.

Certains de ces services intègrent-ils des flux d'informations en provenance des sites indexés ?

Seul le comparateur de billets d'avion que nous avons mis en place intègre des flux d'informations en provenance des compagnies aériennes. Ces flux étaient nécessaires pour pouvoir offrir un comparateur de prix de billets d'avion digne de ce nom, capable de prendre en compte en temps réel l'évolution des tarifs en fonction de la date, et faire des projections sur des probabilités de baisse ou d'augmentation de prix dans le futur en fonction de l'historique.

Comment fonctionne l'indexation de contenu vidéo ?

Là encore, nous nous appuyons à la fois sur du référencement naturel et des partenariats. Dans un premier temps, nous nous sommes tournés vers les principaux éditeurs de contenus vidéo en France, dont TF1, M6 et France Télévision. Cette démarche nous permet de proposer un filtrage des vidéos par source, ce qui est cohérent avec la démarche journalistique de traitement de l'information.

Ces partenaires nous adressent des flux, ce qui leur assurer la maîtrise de la diffusion de leurs vidéos. Le fait de nous rapprocher des éditeurs de contenus vidéo locaux nous permet de proposer une plus grande pertinence, tout en assurant aux internautes un rafraichissement optimisé. Naturellement, les accords que nous avons déjà conclus ne sont pas exclusifs. Rien n'empêche d'autres fournisseurs de contenu vidéo de nous contacter.  

Les partenariats que vous êtes amenés à signer dans le cas du référencement vidéo ou celui du moteur de billets d'avion ont-ils une composante commerciale ?

Non. Nous n'avons pas le même positionnement qu'un Kelkoo. Notre positionnement reste celui d'un moteur de recherche Web traditionnel. L'idée est de tirer parti des flux de données que nos partenaires peuvent nous fournir pour améliorer le traitement et la présentation d'informations par notre moteur.

Annonces Google