Secteur IT : vers une croissance nulle en France sur 2009 2009 : une crise différente, des solutions différentes

Alors, face à ces contrastes, comment réagir ? "Il faut faire attention à ne pas calquer son comportement sur la crise de 2001, qui était d'une nature fort différente", prévient Eric Ménard, directeur Etudes chez PAC.

"En 2001, la crise faisait suite à des investissements très forts. Aujourd'hui, la situation est différente. La vague de renouvellement des logiciels arrive dès maintenant, et devrait soutenir la croissance".

De même, le SaaS, inexistant en 2001, est perçu comme un palliatif à la crise tant côté client, que chez les acteurs informatiques. "83% des clients pensent que le SaaS est d'actualité, ils ne voient comme une arme anti-crise", assure Eric Ménard.

Aller plus loin dans la spécialisation métier

Autre orientation proposée lors de la rencontre de l'Afdel : aller plus loin avec le client dans la spécialisation métier. En 15 ans, la part de la dépense logicielle des entreprises est passée de 7 à 15%, ce qui montre à quel point l'informatique est présente partout dans l'entreprise.

"Aujourd'hui, 15% de la valeur ajoutée d'une entreprise vient des logiciels", rappelle-t-on chez PAC. Des chiffres qui ne trompent pas sur les besoins informatiques toujours plus importants des clients.

Des besoins qui pourraient par ailleurs faire la différence en fin de crise, au moment du redémarrage. "Ceux qui auront investi pendant la crise seront les premiers à prendre le virage de la croissance", avertit Pierre Marty, Associé PricewaterhouseCoopers.

Autour du même sujet