Dart : l'alternative à JavaScript de Google bientôt standardisée

Le langage de script de Google a été retenu par l'ECMA. Un comité a été mis sur pied en vue d'en publier une spécification normalisée.

Décidément, Google tient à imposer son alternative à JavaScript. Le groupe est parvenu à convaincre l'Ecma de lancer un comité (qui a été baptisé TC52) dans le but de publier une spécification normalisée du langage. Le géant affirme que Dart est mature. La technologie fait l'objet d'un SDK en version stable depuis le 13 novembre dernier. Le kit est livré avec un éditeur de code et des outils de débogage. Reste qu'il est pour l'instant uniquement pris en charge par Chrome...

Google tient à son projet ! Pour preuve : le 2 décembre dernier, à l'occasion de la conférence européenne dotJS, centrée sur les technologies JavaScript, les équipes de Moutain View avaient décidé de centrer à 100% leurs présentations sur Dart. Allant même jusqu'à passer sous silence le projet de framework JavaScript AngularJS pourtant de plus en plus populaire. Certains développeurs présents ont trouvé la posture sidérante.

Inspiré de Java, Dart introduit un typage fort, mais qui reste optionnel. Il est ainsi possible de renforcer la robustesse du code, mais les développeurs qui ne souhaitent pas s'aventurer dans cette voie n'y sont pas contraints. les programmes écrits en Dart s'exécutent par le biais d'une machine virtuelle, dont Google souligne les performances comparées à celles de JavaScript.

Son intégration n'est pour l'instant pas à l'ordre du jour ni du côté d'Internet Explorer ni de Firefox. Reste que les applications Dart peuvent être également converties en JavaScript en vue d'être exécutées par le biais d'autres navigateurs, avec à la clé des performances certes un peu plus faibles (cf. le graphique ci-dessous).

  Site du projet Dart

dart performance javascript
Graphique comparant la performance d'un code Dart, exécuté par le biais d'une VM (courbe en bleu), à celle du même code Dart compilé en JavaScript (courbe bordeaux), aux performances d'un JavaScript natif (courbe verte). © Capture Google

Google / Javascript