Google pousse les applications natives dans le navigateur

Le groupe vient de dévoiler sa technologie Portable Native Client. Derrière ce projet intégré à Chrome 31 se cache un environnement universel d'exécution d'applications C/C++.

Google a officiellement lancé hier sa technologie PNaCl, qui se prononce pinnacle (PNaCl pour Portable Native Client). Elle propose un environnement pour exécuter des applications C/C++ quelle que soit l'architecture logicielle cliente (ARM, x86 ou MIPS). Intégrée à Chrome 31 (actuellement en beta), PNaCl permet ainsi de pousser des applications natives hébergées sur un serveur, et associées à un site web par exemple, à travers le navigateur.

L'idée est de pouvoir exécuter un code C/C++ compilé une fois, via n'importe quelle version de Chrome et Chrome OS (ARM, x86...). Schématiquement, le bytecode est encapsulé dans un exécutable portable qui pourra être hébergé sur le serveur. Lorsque Chrome y accède, l'exécutable sera traduit en code machine spécifiquement optimisé pour le matériel sous-jacent. L'application pourra d'ailleurs tirer parti des ressources du terminal, à la fois GPU et CPU. Une technique qui, finalement, se rapproche des ActivX.

Google publie PNaCl en open source. En ligne de mire : favoriser son appropriation par d'autres éditeurs de navigateur, en vue de diffuser plus largement la technologie. Le groupe propose aussi une bibliothèque JavaScript (pepper.js) pour permettre aux développeurs de créer des applications PNaCl compatibles avec d'autres navigateurs. Sur son blog, Google estime que PNaCl pourrait représenter un nouveau canal pour diffuser des applications natives graphiques (édition de photos, audio, modélisation 3D, jeux...).

 Source



Google / Navigateurs