Le poste de travail est mort, vive l'informatique mobile !

L'engouement du grand public pour la consommation mobile d’outils informatiques devrait rapidement contaminer les entreprises. Suscitant une demande accrue de techniciens spécialisés et le choix de solutions appropriées. Comme par exemple les technologies RAD.

La mobilité semble désormais s’imposer comme un phénomène largement partagé dans un contexte personnel et professionnel. En effet, avec la mort annoncée des postes de travail, la mobilité ne cesse de se développer et de conquérir chaque jour plusieurs milliers de nouveaux utilisateurs. Cette expansion de la mobilité s’explique principalement par l’évolution des matériels et autres tablettes tactiles. Le fort investissement des éditeurs, notamment dans le domaine du grand public, a également contribué à étendre le champ des possibles et à accéder à différentes applications ludiques, souvent commercialisées en direct ou sur des stores online.
Au regard de ces éléments, nous pouvons penser que le secteur professionnel va connaître le même engouement.

Ainsi, de premières initiatives commencent à se développer. Il est tout de même important de noter qu’il s’agit d’un très petit nombre d’applications. Cela s’explique en partie par des raisons financières et technologiques. En effet, le développement sur mobile n’est pas comparable au développement sur le Web, par exemple. Les technologies et les compétences sont souvent bien différentes. Ces éléments amènent de nombreux éditeurs ou SSII à repousser les projets de développement mobiles qui  sont difficiles à réaliser. Cela s’accompagne de coûts de création sensibles… N’oublions pas que pour être rentables, les applications mobiles doivent être acquises dans une logique de masse afin de couvrir l’investissement.

Le monde professionnel étant différent du grand public, notamment sur les secteurs de niche, la faisabilité économique n’est donc pas toujours une réalité. Il est nécessaire de prendre en compte ces données et de permettre aux éditeurs, équipes de développeurs internes aux entreprises et intégrateurs de proposer des développements mobiles rentables et accessibles.
Un tel processus est possible et passe par l’agilité. Plus qu’un simple concept fumeux, ce terme doit permettre à des équipes de toutes tailles de développer aisément sur tout type de plate-forme en maîtrisant leurs temps et coûts de développement. N’oublions pas que les développeurs mobiles ne sont pas légion sur le marché et que les formations sont assez limitées. Il faut donc prendre en compte cette pénurie et simplifier au maximum les processus de développement en les rendant réalisables par des développeurs non spécialisés sur les technologies mobiles.

Conscients de ce point, nombre de SSII et d’éditeurs recherchent et se tournent vers des technologies dites de RAD pour pallier ces contraintes. Grâce à ces dernières, il apparaît que les cycles de création et de mise en production sont réduits de 30 %, ce qui constitue un élément stratégique dans le lancement de nouveaux projets. Bien entendu, cela permet enfin de contenir les coûts et de donner une existence tangible aux projets mobiles dans un contexte professionnel. Des solutions existent donc et vont permettre au marché d’exister. La mobilité devrait donc contribuer à étendre le domaine d’utilisation des traditionnelles technologies RAD, qui, comme à l’époque du Web, ont permis aux applications IT professionnelles d’exister.

Autour du même sujet