1999-2009 : dix ans de Web français à la loupe 2001 : l'année noire

Après le premier choc de mars 2000 période à partir de laquelle les valeurs Internet cotées ont vu leur valorisation plonger, arrive en 2001 l'heure du "deuxième e-krach" pour la Net-économie française. Fini les tours de table faciles à monter de la fin des années 90 : certaines entreprises, qui se sont habituées à des niveaux de dépense bien trop élevés font le douloureux apprentissage de la rentabilité et de la rationalisation. Celles qui n'y parviennent pas sont rachetées (Mangoosta, Clust, DeliceAvenue.com), voire cessent leur activité (Digitall.fr, Bol.fr, AbCool, Cadeau.fr). Faute de pouvoir boucler un nouveau tour de table, une centaine de start-up françaises ont fermé leurs portes en France rien qu'au cours du premier semestre 2001

 

2001 c'est aussi : 

 Un tiers des Français qui déclarent être des internautes

 Tiscali qui annonce le rachat des parts d'Europ@web et Kingfisher (37,47 % chacun) dans LibertySurf. L'offre valorise LibertySurf à 900 millions d'euros ; 

 eBay, le leader mondial des sites d'enchères rachète officiellement le numéro un français du secteur, iBazar

 Vivendi Universal qui cède à Time Warner ses parts (55%) dans AOL France ; 

 Le gouvernement Jospin qui attribue aux collectivités locales une enveloppe de 10 milliards de francs pour développer le haut débit ; 

 La SNCF et Expedia qui s'allient pour créer une nouvelle agence de réservation en ligne : VSC ; 

 6 % des foyers français qui sont connectés à l'Internet haut débit, majoritairement par câble.

Rentabilité