PSA et Renault misent sur IDnomic pour sécuriser les voitures connectées

PSA et Renault misent sur IDnomic pour sécuriser les voitures connectées Le spécialiste français de l'identité numérique a créé un système d'authentification par certificat électronique dédié au véhicule intelligent compatible au-delà des frontières de l'Hexagone.

C'est désormais l'un de ses principaux axes de développement. Après avoir vendu son activité de protection des documents et transactions à DocuSign fin 2015, IDnomic (ex-OpenTrust) se recentre sur l'identité numérique et la sécurisation des objets connectés, et plus particulièrement du véhicule intelligent. "Ce marché à très fort potentiel nous permettra d'atteindre une croissance annuelle de 10 à 20% d'ici 2020. Et à partir de cette date l'accélération sera encore plus forte avec la généralisation de la communication vehicle-to-vehicle et vehicle-to-infrastructure", se réjouit Coralie Héritier, directrice générale d'IDnomic.

"Ce marché à très fort potentiel nous permettra d'atteindre une croissance annuelle de 10 à 20% d'ici 2020"

Le système de certification mis au point par la PME de 85 salariés a déjà été adopté par PSA et Renault, ses deux premiers clients, pour sécuriser les systèmes d'information de leurs véhicules. Il est actuellement testé dans le cadre du projet national de déploiement pilote de systèmes de transport intelligents coopératifs SCOOP@F. Ce projet prévoit de mettre 3 000 voitures intelligentes sur les routes françaises d'ici 2020 pour préparer au mieux leur généralisation attendue à cet horizon.

Après de nombreux essais sur circuit, la Bretagne est depuis septembre dernier le premier territoire à les accueillir en conditions réelles. A l'avenir, les véhicules autonomes circuleront seuls en fonction des informations recueillies par leurs capteurs mais aussi de celles qu'ils communiquent entre eux (vehicle-to-vehicle) et que les infrastructures leurs envoient (vehicle-to-infrastructure) grâce à des bornes placées sur les axes routiers. La région a donc équipé, dans le cadre de SCOOP@F, la route nationale qui relie Rennes à Saint-Brieuc de dispositifs communicants placés sur le bord de la chaussée pour reproduire ce scénario. En cas d'embouteillage, par exemple, les véhicules qui approchent de la zone encombrée sont avertis par les autorités via ces bornes et renvoient l'information aux autres voitures qui arrivent derrière.

"Nos certificats permettent au système embarqué de s'assurer que le message vient bien d'un véhicule qui fait partie du réseau de confiance"

Il faut alors s'assurer que seuls les messages officiels et authentifiés parviennent aux véhicules et c'est là qu'intervient IDnomic. "Nos certificats permettent au système embarqué de s'assurer que le message vient bien d'un véhicule ou d'une borne connectée qui fait partie du réseau de confiance. Chaque voiture a un certificat unique attribué lors de sa production", explique Coralie Héritier.

D'autres certificats éphémères générés en continu permettent de chiffrer et donc de protéger les informations personnelles des automobilistes. Un processus que l'entreprise francilienne appelle "pseudonymisation". "Il est prévu que cette anonymisation puisse être levée sur demande des autorités en cas d'accident, par exemple, pour déterminer les responsabilités des uns et des autres", précise-t-elle.

Validé par l'Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d'Information (ANSSI), la solution d'IDnomic sera, toujours dans le cadre de SCOOP@F, aussi testée en Ile-de-France, sur l'A4 entre Paris et Strasbourg, sur la rocade bordelaise ainsi que sur des routes départementales en Isère d'ici 2018. Mais surtout, l'entreprise veut s'assurer de l'interopérabilité de sa solution avec celles des entreprises étrangères. La PME tricolore a passé avec succès un test en Italie courant novembre 2016. Les voitures protégées par ses certificats ont bien pu communiquer avec celles sécurisées par la technologie de l'entreprise qui a été retenue par la péninsule. Elle prévoit de réaliser d'autres essais de ce type très rapidement dans les pays qui, comme la France et l'Italie, participent au projet européen SCOOP.

"Nous voulons être présents dans tous les modes de transport du futur et globalement dans tous les objets connectés"

Selon la directrice d'IDnomic, la technologie développée par son entreprise et ses homologues étrangers sera au cœur de la voiture du futur : "Tous les standards européens s'orientent aujourd'hui là-dessus."

Forte de son expérience dans la défense nationale, notamment pour la protection des données contenues dans les puces des passeports biométriques, la société se voit dans un premier temps un avenir dans les transports intelligents. Elle fait partie depuis quelques mois du programme Cybersécurité du Transport Intelligent de l'IRT SystemX avec de grandes entreprises du secteur comme Airbus et la RATP.

Mais Coralie Héritier voit encore plus loin : "Nous voulons être présents dans tous les modes de transport du futur et globalement dans tous les objets connectés. L'industrie 4.0, la smart city et la domotique auront aussi très rapidement besoin d'être sécurisés."

A lire aussi

PME / Voiture autonome