L'intelligence artificielle challenge la santé

La santé est un secteur particulièrement demandeur de solutions d'intelligence artificielle efficaces. Une bonne idée est donc de challenger les professionnels pour les identifier.

Sujet de fantasmes mais aussi de grandes avancées, l’intelligence artificielle va s’imposer très rapidement dans de nombreux secteurs. Pour accompagner les cerveaux humains et mettre à leur disposition une puissance de calcul supplémentaire, dans le meilleur des cas, pour le remplacer parfois. Mais c’est un autre débat.Il y a un secteur particulièrement intéressant à suivre de près en matière d’intelligence artificielle : la santé. Les capacités actuelles se prêtent bien à des tâches que les meilleurs spécialistes ont du mal à faire autrement. Compulser les milliards de publications médicales publiées chaque année sur des pathologies très spécifiques, analyser des milliards d’images pour reconnaître des patterns, analyser des centaines de milliards de données génomiques, autant de tâches à confier à la machine qui le fait bien mieux pour peu qu’on lui ait bien appris à le faire.

Entraîner une IA pour la confronter à la concurrence
Pour émuler la créativité et la qualité des algorithmes et des programmes d’entraînement proposés par les spécialistes du sujet, des challenges commencent à voir le jour un peu partout dans le monde. L’idée ? Faire exploiter un data set commun, par des équipes de développeurs pour les faire arriver à un diagnostic sur une pathologie donnée. Un diagnostic "artificiel" croisé ensuite avec le diagnostic de spécialistes pour juger de l’efficacité de la machine. A ce petit jeu là nous avons d’ailleurs une pépite française, Therapixel, encore trop peu connue. Lauréate du Digital Mammography Challenge organisé par Sage et IBM au début de l’année, la start-up spécialisée dans l’imagerie médicale fait des avancées intéressantes dans le domaine et a gagné fortement en visibilité suite à ce concours de renommée internationale. Un bon moyen de prouver l’efficacité de sa démarche et de se frotter à une concurrence de haut niveau.
Une première en France avec les Laboratoires Pierre Fabre
Après de nombreux hackathons, le domaine de la e-santé et de la santé connectée s’y prêtant particulièrement bien, le focus est assez logiquement mis sur l’intelligence artificielle. Sujet tendance du moment et véritable révolution sur le terrain aussi bien dans la recherche que dans la prévention ou le curatif, l’IA va permettre d’exploiter toutes les données disponibles et produites tous les jours par les patients et par les professionnels de santé. Malgré tout, il reste difficile de distinguer aujourd’hui les vendeurs de rêves algorithmiques pseudo intelligents, des véritables innovateurs.Pour faire un état des lieux de l’écosystème de l’IA santé français et challenger ses acteurs, le laboratoire Pierre Fabre a choisi le format du "concours d’IA" pour un événement qui se tiendra au sein du Festival de la Communication Santé de Deauville les 24 et 25 novembre prochains.J’ai pu échanger à ce sujet avec Thierry Picard, CDO de Pierre Fabre Médicament et Santé qui me disait que "l’idée est de mesurer la capacité de ces participants à faire au moins aussi bien que l’homme en très peu de temps. Pour nous, la dimension humaine dans la performance finale est aussi importante que l’outil informatique lui-même. Les hypothèses sont prises par les hommes, c’est plus l’agilité de l’équipe qui est mesurée que la performance de la plateforme technique utilisée."Des promesses business pour les participants entraîneurs d’IA en herbe car, comme le précise Thierry Picard "les équipes R&D de nos différents départements ont des besoins sur le sujet mais ont du mal à trouver des entreprises compétentes qui font réellement de l’IA. Ce challenge va nous permettre de faire un sourcing grandeur nature pour faire travailler ensuite ces équipes et sociétés sur des projets concrets de recherche au service des professionnels et des patients." Bien que la plateforme technique ne soit pas imposée pour ce challenge, on peut remarquer que c’est ici Microsoft qui tire son épingle du jeu en proposant ses solutions Azure aux participants.La start-up gagnante pourra bénéficier d’un accompagnement par l’AI Factory de Microsoft, à Station F, pendant deux mois. Au programme : hébergement à Station F et mentoring par les équipes Microsoft et les start-up de l’AI Factory."A travers l’AI Factory, nous souhaitons stimuler la création d’une communauté IA au sein de Station F et accélérer ainsi le déploiement d’un véritable écosystème français de l’intelligence artificielle portant l’innovation au-delà des frontières. L’accompagnement de la start-up gagnante du challenge IA Santé avec Pierre Fabre s’inscrit dans cette démarche", précise Benjamin Talmard, Program Manager Microsoft à Station F.
Le test et le terrain comme juge de paix
La santé est, juste derrière la banque, le secteur le plus prometteur en termes de business pour ces mastodontes de l’IA. Pas étonnant qu’ils se greffent à ce genre d’événements encore assez nouveaux dans leurs formats. Mais l’ambition de Pierre Fabre va encore plus loin. Le laboratoire français souhaite profiter de ce challenge pour cartographier l’écosystème de l’IA santé et mettre à jour régulièrement son index avec de nouveaux "appels" aux professionnels sur de nouvelles problématiques de santé.

Un projet ambitieux, unique en France, et tout à fait intéressant à suivre de près pour tous les amateurs de nouvelles technologies appliquées à la santé. Il n’y a rien de mieux que le test et la compétition pour différencier les experts des vendeurs de rêve, surtout dans ce domaine de l’IA en plein boom économique et médiatique. Un bon moyen de faire émerger les vrais concepteurs d’IA parmi la horde de consultants qui commence à gangrener le secteur...


E-Santé

Annonces Google