Primes de cabinet des ministres : 24,2 millions d'euros à répartir en 2014

Primes de cabinet Les indemnités pour sujétions particulières permettent aux membres du gouvernement de récompenser leurs collaborateurs.

"On n'est jamais si bien servi que par soi-même". Manuel Valls fait mentir l'adage : alors que c'est à lui que revient la tâche d'allouer aux différents cabinets ministériels l'enveloppe annuelle dédiée aux indemnités pour sujétions particulières (ISP), le cabinet du Premier ministre n'est pas le mieux doté.

Pour rappel, les ISP sont des primes que les membres du gouvernement peuvent distribuer à leurs collaborateurs pour compenser les contraintes, inhérentes à leur fonction, qu'ils supportent au quotidien (heures supplémentaires ou encore astreinte...).

Les ISP sont en recul de 8,9% par rapport à 2013 et "inférieures de 16 % à la moyenne de la période 2007-2011"

En 2014, la dotation de ces ISP s'élève à 24,2 millions d'euros, à répartir entre 17 ministères (18,5 millions d'euros) et 15 secrétariats d'Etat (5,7 millions d'euros). Selon le document budgétaire qui en livre le détail, les ISP sont en recul de 8,9% par rapport à 2013 et "inférieures de 16 % à la moyenne de la période 2007-2011".

Certes, Manuel Valls dispose sur cette somme d'un budget confortable de 6,1 millions d'euros pour récompenser les membres de cabinet et personnels chargés des fonctions supports (protection des ministres, sécurité des bâtiments, intendance, logistique...) qui l'entourent. Mais ramenée au nombre de ceux qui bénéficient de ses largesses au 1er août 2014, cette somme ne représente plus que 9 502 euros de primes annuelles par tête.

On est loin de l'indemnité moyenne de 11 415 euros par an et par personne à laquelle Michel Sapin, ministre potentiellement le plus généreux, peut consentir. Et le locataire de Bercy n'est pas le seul à devancer le Premier ministre. Marylise Lebranchu, Najat-Vallaud Belkacem, Benoît Hamon et George Pau-Langevin le précèdent également.
Les ministres disposant des plus fortes primes par personne en 2014
RangMinistreFonctionBudget primes 2014Bénéficiaires (au 1er août 2014)Montant moyen
Source : PLF 2015
1Michel SapinFinances et Comptes publics742 000 €6511 415 €
2Marylise LebranchuDécentralisation et Fonction publique568 000 €5210 923 €
3Najat Vallaud-BelkacemDroits des femmes, Ville, Jeunesse et Sports655 000 €6310 397 €
4Benoît HamonEducation nationale730 000 €7210 139 €
5George Pau-LangevinOutre-mer550 000 €579 649 €
6Manuel VallsPremier ministre6 100 000 €6429 502 €
7Marisol TouraineAffaires sociales et Santé750 000 €809 375 €
8Arnaud MontebourgEconomie et Redressement productif591 000 €678 821 €
9Aurélie FilippettiCulture et Communication703 000 €808 788 €
10Stéphane Le FollAgriculture, porte-parole du gouvernement460 000 €548 519 €
11François RebsamenTravail, Emploi et Dialogue social705000 €868 198 €
12Sylvia PinelLogement et Egalité des territoires437 000 €607 283 €
13Ségolène RoyalEcologie, Développement durable et Energie622 000 €877 149 €
14Bernard CazeneuveIntérieur1 620 000 €2466 585 €
15Laurent FabiusAffaires étrangères1 097 000 €1806 094 €
16Christiane TaubiraJustice971 000 €1665 849 €
17Jean Yves Le DrianDéfense1 230 000 €3353 672 €

  En détails : Les budgets primes des ministres du gouvernement Valls

 

Méthodologie

Les chiffres cités dans le tableau ci-dessus sont issus du jaune budgétaire annexé au projet de loi de finances pour 2015.

Le classement a été réalisé en divisant l'enveloppe annuelle allouée aux différents cabinets ministériels par le nombre de bénéficiaires de cette indemnité au 1er août 2014. Le chiffre ainsi obtenu correspond à une prime potentielle moyenne par personne et par an.

A noter que les ISP sont encadrées par des règles fixées par un décret paru en 2001. Elles sont notamment soumises à l'impôt sur le revenu et aux cotisations sociales.

Les indemnités pour sujétions particulières ne correspondent pas à des primes de Noël, comme l'ont affirmé certains sites qui se sont emparés du classement 2012 publié par le JDN (qui réalise ce palmarès chaque année depuis 2007).

 

Finances publiques