Ces réglementations qui deviennent de bonnes affaires Les entreprises de diagnostic immobilier prospèrent

Amiante, plomb, termites, performances énergétiques... Plus de 8 contrôles sont aujourd'hui obligatoires lors d'une transaction immobilière. De 100 millions d'euros en 2002, le marché des diagnostics techniques immobiliers pourrait atteindre 428 millions d'euros en 2008, selon une étude du cabinet Xerfi.

Une manne pour les nombreuses entreprises qui se sont créées dans ce secteur. Leur nombre a explosé : on comptait 6 000 experts en 2006, ils sont presque 10 000 en 2007.

L'arrêté du 25 avril 2006 oblige par exemple les vendeurs d'un bien immobilier construit avant janvier 1949, à dresser un "état d'accessibilité au plomb" dans son bien. Or, "95% des habitations concernées contiennent du plomb, dans les peintures ou sur les garde-corps", explique Stéphane Eckert, directeur du service diagnostic et copropriété du groupe Particulier à Particulier. Ce dernier réalise plus de 12 000 diagnostics par an, dont 15% pour le plomb.

Le marché a encore été avantagé à par un décret du 12 août 2008, qui élargit l'obligation aux locations. "L'activité a été multipliée par deux sur le locatif depuis ce décret", témoigne Stéphane Eckert.

Les tarifs des prestations restent une véritable jungle, d'autant plus que les devis concernent souvent des diagnostics "mixtes", difficiles à comparer. Face aux abus, les pouvoirs publics ont voté une obligation de certification pour les diagnostiqueurs.

Le ralentissement du marché immobilier devrait cependant freiner la progression du chiffre d'affaires du secteur, mais de nouvelles obligations de diagnostics sont dans les tuyaux et pourraient le relancer.

Chiffre d'affaires / Copropriété