Gérer un collaborateur en difficultés Ne pas attendre pour réagir

Lorsque l'on est confronté à un collaborateur en difficultés, il est primordial d'agir dans les plus brefs délais. C'est l'un des éléments clés du succès.

"Le délai maximum pour réagir est de trois semaines."

Patrick Dompsure, fondateur du cabinet Discerner, spécialisé dans l'accompagnement des collaborateurs en difficulté, explique ainsi que "le délai maximum pour réagir est de 3 semaines. On a tous le droit d'avoir des problèmes momentanés mais lorsque cela persiste c'est que le mal est plus profond. Des changements dans sa sociabilité, son humour ou son degré d'irritation sont autant d'indicateurs qui peuvent vous aiguiller."

Plus vite vous prendrez le problème à bras le corps, plus grandes seront vos chances d'en limiter les dégâts et d'y trouver une solution. Patrick de Dompsure fustige ainsi "le fait d'attendre plusieurs mois avant de prendre une mesure à un problème évident, au risque d'avoir recours à des solutions extrêmes." Un collaborateur qui arrive régulièrement en retard depuis des mois ne comprendra pas qu'on le lui reproche subitement tant de temps après.

Autour du même sujet