Comment procéder à son autoévaluation quotidienne

Mettre ses journées au service d’objectifs et de résultats concrets qui importent vraiment afin de donner de la valeur à sa carrière et sa vie est le nouveau défi de l’efficacité et de la productivité au 21è siècle.

Malheureusement, nous continuons de passer nos journées à très bien faire soit la mauvaise chose ou soit des choses qui n’ajoutent que peu de valeur et de sens à nos vies et à notre carrière.
Les questions d’évaluation quotidienne ci-après peuvent vous aider à changer d’approche

Qu’ai-je appris de nouveau aujourd’hui ?

Un homme qui avait 25 ans carrière a été mis sur la liste des employés devant fait l’objet de licenciement. Il se rapprocha de son superviseur et lui demanda : « Vous allez me licencier comme cela avec mes 25 ans d’expérience ? ». A son superviseur de lui répondre : « Vous n’avez pas 25 ans d’expérience mais vous avez répété pendant 25 ans ce que vous appris et fait au cours de la première année ».
Et beaucoup de gens sont dans cette situation. Ils n’ont rien appris de plus depuis qu’ils sont entrés dans la vie socioprofessionnelle. Presque rien. Si vous n’apprenez rien de nouveau, vous ne croissez pas, vous n’ajoutez aucune valeur à votre vie ni à votre carrière. Le savoir double tous les dix ans. Imaginez un homme qui compte sur son diplôme (ses compétences) d’il y a 10 ans pour réussir sa carrière et sa vie. Il n’est pas qu’en retard de 10 ans, il l’est d’au moins de 20 ans parce que la probabilité que ses professeurs ne l’aient formé que par rapport au niveau de connaissance de 10 ans auparavant est très forte.

Si vous ne voulez pas être surpris, assurez-vous de ce que vous apprenez quelque chose de nouveau chaque jour et ce dans tous les domaines importants de votre vie. Beaucoup de gens sont surpris de voir que leurs compétences parentales ne sont plus à la hauteur du niveau d’exigence en matière d’éducation et d’élévation de leurs enfants. Ils pensent que c’est la faute des enfants mais ce sont les parents qui n’ont rien appris de nouveau chaque jour sur les défis d’éducation des enfants et progressivement ils ont été dépassés et submergés. Ne laissez pas ceci vous arrivez. Trouvez un moyen de vous améliorer en quelque chose chaque jour.
A la fin de chaque journée, demandez-vous : « Qu’ai-je appris de nouveau aujourd’hui ? »

Qu'ai-je fait d’exceptionnel aujourd’hui ?

Ce sont les petits efforts engagés chaque jour qui vous feront atteindre le niveau d’accumulation nécessaire pour réaliser ce que les gens prendront pour des exploits réalisés « du jour au lendemain ». Et comme vous ne l’atteindrez jamais par hasard, il faudra être « industriel » dans votre capacité à faire de façon exceptionnelle les choses sur lesquelles vous devez travailler.
La réalisation de l’exploit apprécié ne découle que du fait que chaque jour, vous avez réussi à faire la plupart de ce que vous aviez à faire de la meilleure manière possible. Beaucoup de gens font juste tourner le système, ils font juste ce qu’il faut pour mériter leur salaire ou ne pas être licencié. Avec la crise, ils font juste de quoi continuer de vivre et survivre en entendant d’atteindre le niveau du dégoût. Pourquoi démissionner si facilement ? Pourquoi ne pas valoriser davantage sa vie et sa carrière et faire chaque jour quelque chose d’exceptionnel. Vous ne pouvez pas imaginer l’énergie positive que cela inocule que de faire une, deux, trois ou quatre choses de façon exceptionnelle chaque jour.
Rien que cela peut optimiser votre joie de vivre et votre joie d’être. Afin qu’aujourd’hui, demain et les prochains jours vous fassiez quelque chose d’exceptionnel, n’oubliez pas de vous demander à la fin de la journée : « Qu’est-ce que j’ai fait d’exceptionnel aujourd’hui ? ».

Qu’ai-je fait de nouveau aujourd’hui ?

A défaut de faire radicalement de nouvelles choses, il faut tout au moins identifier de nouvelles façons de faire les anciennes choses qui restent devoir être faites. Le défi, c’est que nous avons cette tendance à nous accrocher à nos anciennes façons de faire qui ne nécessitent plus de gros efforts de notre part mais qui visiblement ne conduisent qu’à des résultats « de maintien » (de quoi ne pas mourir). Seulement, il n’y a plus aucun domaine dans lequel nous pouvons nous permettre de nous déroger à l’obligation d’innover. Cela nécessite de l’aventure dans l’inconnue pour atteindre le meilleur. Il s’agit en effet d’arrêter de faire ce que je sais faire avec un résultat plus ou moins satisfaisant pour viser un résultat meilleur pour lequel je n’ai pas encore la compétence requise. C’est risqué ? Rien de plus normal. Et l’efficacité avant-gardiste consiste à travailler constamment à vous obliger à vous améliorer et à changer avant d’être obligé par les conditions externes à vous améliorer et à changer.
Si vous devez attendre d’être obligé par les facteurs externes avant de commencer à faire de nouvelles choses, d’initier de nouveaux projets, vous vous inscrivez par avance sur la liste des victimes de la crise.  De grâce, faites quelque chose nouveau aujourd’hui afin de répondre à la fin de la journée à la question suivante : Qu’est-ce que j’ai fait de nouveau aujourd’hui ?

Lesquels de mes projets ont progressé aujourd’hui ?

A travers la méthode des 60 minutes hebdomadaires que vous pouvez découvrir sur mon blog hermanncakpo.com, j’ai expliqué comment vous pouvez, à défaut de faire des grands pas, faire progresser  de 10 minutes chaque jour chacun de vos projets importants (avant qu’ils ne soient en retard). Ce qui fait 60 minutes par semaine. Un projet qui nécessite 1000 minutes peut être bouclé en 100 jours si vous le faites progresser de 10 minutes chaque jour.
Le premier jour où vous consacrez les 10 premières minutes, il vous reste 90 minutes.
Si le jour suivant vous ne consacrez pas les 10 minutes journalières, les 90 minutes attendront. Ce qui est drôle, c’est comme si par rapport à ce projet, ce jour n’aura jamais existé. Pendant ce temps nous sommes surpris que certains de nos projets n’avancent pas au lieu de voir que c’est parce que nous ne les faisons pas progresser chaque jour - ne serait-ce qu’en leur consacrant 10 minutes par jour- qu’ils sont en retard.
Qui ne sera pas heureux à la fin d’une journée que de voir qu’il a consacré 10 minutes à chacun de ses 5 projets importants et les a fait avancer ? Qui ne serait pas heureux de répondre 2, 3, 4,  5 à la question suivante : « Lesquels de mes projets ont progressé aujourd’hui ? » ? 

Quels défis en cours ai-je réussi à relever aujourd’hui ?

Les défis à relever sont comme une épine dans la plante du pied. Aussi longtemps que vous ne l’avez pas enlevée, vous ne pouvez pas poser le pied. Un rapport en retard, un document à transmettre, une panne de système, une dette arrivée à terme, une discussion importante qui nécessite que vous vous arrêtiez, une opération à subir, un mémoire à rédiger, des UV à valider, une démarche administrative à accomplir, une chambre à ranger, des habits à laver, des lampes à changer… Parfois lorsqu’on est immergé dans son train-train quotidien, on néglige ces petits (gros) défis, jusqu’à ce qu’à ne plus avoir le choix. Et pourtant, ça nécessite juste un peu de concentration et un peu dévotion.

Aucun défi n’est trop grand pour ne pas finir par être relevé un jour. Il faut le considérer en tant que tel, y consacrer le temps qu’il faut (une bonne partie de sa journée). Il faut le considérer comme une priorité avant qu’il ne devienne une priorité urgente et pire une urgence prioritaire. Il faut considérer les défis en cours comme des crapauds à avaler ; c’est difficile à avaler certes mais dès que vous les avalez tôt le matin, « le bruit assourdissant ne vient plus des marécages ». Non ? Il faut se concentrer là-dessus et les éliminer les uns les autres avec méthode et application. Alors, listez vos défis en cours et consacrez tout le temps nécessaire à chacun d’entre eux, jour après jour. Vous verrez comment vos journées seront moins stressantes (à la fin) et votre vie libérée de son chaos actuel. De toutes les façons, ne laissez pas passer une journée sans avoir relevé ou commencé à relever un défi en cours. Autrement, ça va s’aggraver jusqu’à ce que vous n’ayez plus le choix. La question ici, c’est, pourquoi attendre de ne plus avoir le choix ? Pour ne pas faire quelque chose aujourd’hui pour relever ou commencer à relever l’un de vos défis avant que cela ne soit trop tard ?

Quelles nouvelles opportunités ai-je découvert et/ou saisi aujourd’hui ?

Les meilleurs que je connais multiplient leurs chances de progrès. Ils n’attendent pas les opportunités. Ils mettent en place un dispositif et un mécanisme bien orchestré pour les identifier, les analyser et les saisir si cela est opportun.  Un mentor m’a rappelé un jour que si je ne me vois pas chaque jour entrain d’identifier, d’analyser et de saisir des opportunités, je dois certainement être entrain de les rater. Et je me suis rendu compte de ce qu’il avait raison en ouvrant juste un peu les yeux. La première découverte que j’ai faite c’est que chaque personne que je rencontre-le chauffeur de taxi, cette réceptionniste à l’hôtel, cette gentille dame qui s’amuse avec son fils à côté de moi sur ce vol, cet étrange étranger dans la salle d’embarquement, dans le bus, ou dans le train, même le boulanger qui me sert du pain le matin… – est une opportunité pour moi.

J’ai même compris qu’il y a de l’opportunité dans chaque chiffre annoncé à la télévision ou évoqué dans un article de journal, Internet ou de magazine. J’ai compris que ce chroniqueur économique ne fait pas qu’annoncer les pires chiffres de tel ou tel secteur  mais lance les grains des opportunités futures du marché. Voici l’opportunité : il y a des opportunités à saisir chaque jour. Le problème, ce n’est pas que nous ne soyons pas entrain de les saisir, que nous ne sachions pas lire entre les lignes. La question, c’est, demain il y aura d’autres opportunités, alors, allons-nous les saisir ? Le problème ce n’est pas que nous ne soyons pas entrain de les saisir mais nous ne savons même pas qu’il ya des opportunités que nous ne saisissons pas. Pendant ce temps, nous attendons toujours l’occasion exceptionnelle. Elle est passée hier, elle va passer encore aujourd’hui.
La question, c’est : est-ce que je m’en rends compte ? Quelles nouvelles opportunités allez-vous découvrir et saisir aujourd’hui ?

Quelles nouvelles habitudes ai-je réussi à renforcer aujourd’hui ?

L’un des éléments déterminants de l’aventure de l’efficacité et de l’excellence personnelle, c’est la capacité à développer de nouvelles habitudes mais surtout à les renforcer chaque jour. La règle des 21 jours est celle qui m’a permis le plus de renforcer mes meilleures habitudes et la plupart des clients que je coache l’ont utilisée avec succès. Si vous pouvez vous appliquer à répéter une habitude tous les jours pendant  jours, même si vous la perdez après, vous pourrez décider à tout moment d’y revenir et très facilement. Mais pour y arriver aussi facilement, il faut l’enchainer pendant 21 nouveaux jours et tous les jours suivants. Si vous attendez trop longtemps, la mauvaise habitude qui l’aura remplacée et bouclera les 21 jours (avec des jours en plus) va prendre le dessus et sera plus renforcée. Que désirez-vous ? La bonne ou la mauvaise habitude ? Renforcez-la chaque jour en conséquence. N’oubliez pas de renforcer chacune de vos bonnes habitudes en liste aujourd’hui.

Quelles mauvaises habitudes/erreurs ai-je réussi à ne pas commettre aujourd’hui ?

« Je ne vais plus recommencer » est un problème en ce sens que les gens qui le disent ne savent même pas comment ils feront exactement pour ne pas recommencer. Ils n’ont aucune idée de la bonne attitude qui va remplacer la déplorable ni le dispositif qu’ils mettront en place pour systématiser la substitution. Si vous avez des habitudes à éliminer ou des erreurs à ne plus répéter, faites votre liste. Le soir avant de vous coucher, lisez votre liste : « Voici les erreurs à ne pas remettre demain ». Le matin, lisez votre liste « Voici les erreurs à ne pas remettre aujourd’hui ». A la fin de la journée, posez-vous la question : « Quelles sont les erreurs que j’ai réussi à ne pas remettre ? Quelles erreurs j’ai remises, et comment je fais pour les éviter demain ? ». Quand j’ai présenté cette méthode, un participant à nos séminaires m’a demandé : « Monsieur Cakpo, quel intérêt j’ai à vérifier si j’ai repris une erreur dans une journée ? Il faut rester positif non ?». Je lui ai répondu : « Je ne sais pas l’intérêt qu’il y a mais vous n’avez qu’à nous dire comment vous êtes sûr de ne pas recommencer demain l’erreur de la dernière fois et le tour est joué ».  
Alors, quelles mauvaises habitudes/erreurs allez-vous réussir à ne pas commettre aujourd’hui ?

Autour du même sujet