Corrigez vos défauts

Le JDN vous a souvent montré comment exploiter au mieux toutes vos qualités, personnelles ou professionnelles. Mais il faut aussi, de temps en temps, vous préoccuper de vos défauts.

Confucius disait : "Le sage a honte de ses défauts, mais il n’a pas honte de les corriger."
 
Nous ne voulons pas vous donner ici des leçons de morale… mais il est évident que tout candidat doit accomplir un effort important sur lui-même pour corriger ses défauts les plus graves.
Nous ne voulons pas non plus être cyniques et vous dire de "masquer vos défauts"... mais il est évident que tout candidat doit savoir “se défendre” et minimiser ses carences.
Pour être à la fois honnête et constructif, tout candidat doit pouvoir prouver au jury, au recruteur ou à son futur patron qu’il saura s’amender et progresser pour devenir de façon certaine le cadre dynamique dont le service ou l’entreprise a besoin.
 
Nous allons vous proposer tout simplement dans les pages suivantes :
- d’abord, un appel à la lucidité, inspiré par notre expérience des jurys,
- quelques exercices d’analyse pour évaluer vos défauts comme vos qualités,
- enfin quelques conseils pour vous aider à remédier à vos défauts, en vous invitant à un
entraînement quotidien. 
***   Et pour vous apporter une note optimiste, nous vous invitons à méditer sur trois citations tendant à relativiser le problème des défauts et qualités.
 
“Il est étrange de voir combien nos défauts nous aident...
Souvent ils nous permettent de gagner là où nos qualités auraient échoué.”
  “Avec tes défauts, pas de hâte. Ne va pas à la légère les corriger. Qu’irais-tu mettre à la place ?”  Henri MICHAUX. Vieillesse   “Une vertu n’est qu’un vice qui s’élève au lieu de s’abaisser. Et une qualité n’est qu’un défaut Qui sait se rendre utile.”  Maurice MAETERLINCK. Le double jardin 
***  Sur la nécessité de bien se connaître, nous citerons Fanny Bauer-Motti, Docteur en Psychologie et créatrice à Londres d’un Cabinet de conseils en Psychologie, Psychothérapie et Psychanalyse :
""CE QU’ON NE VEUT PAS SAVOIR DE SOI-MÊME FINIT PAR ARRIVER DE EXTÉRIEUR COMME UN DESTIN.»
" Parce que souvent nos chemins se torsadent, avancer avec la psychologie comme boussole, c’est se donner la connaissance du monde, la connaissance de soi et la possibilité d’avancer sans les entraves psychologiques et névrotiques liées à nos souffrances et zones d’angoisse."
 
Un effort de lucidité, avec des techniques à préparer pour le jour J
 Éléments pour la conversation avec le jury
ou pour des entretiens professionnels
 
 En principe, c’est surtout vos qualités qu’il faudra faire valoir devant les jurys ou les recruteurs. Mais il arrive assez souvent que les jurys ou les recruteurs, notamment les psychologues, mettent l’accent sur vos défauts ou vos carences. A vous alors de bien vous y préparer. Montrez que vous serez capable de vous corriger, de vous adapter.
Parfois, le jury vous demandera tout simplement : "Quel est votre plus grand défaut ?" ou "Quels sont vos défauts les plus graves ?"
 Ou encore, question classique : "Citez-nous trois qualités et trois défauts".
Il est bon de paraître improviser une réflexion devant le jury … tout en ayant soigneusement préparé une réponse depuis longtemps. Afin d’esquiver les difficultés, et si possible de vous mettre en valeur, de gagner des points de bonification.
NDLR ce conseil vaut également pour les réunions, conférences-débats… et beaucoup de catégories d’entretiens, personnels ou professionnels
.
S’il faut répondre par une seule phrase, vous pouvez employer une formule du genre :
"Mes défauts, je m’en occupe, et je m’efforce de les transformer en qualités."
 
Bien entendu, il ne faut pas vous présenter comme paresseux ou colérique ou provocateur… mais il vous sera souvent permis de faire de l’humour, surtout si vous le faites avec élégance !
 
La paresse, c’est bien connu, peut devenir le sens de l’économie du temps de travail. A la fois pour soi-même et pour les autres. C’est donc un point stratégiquement important.
Un tempérament colérique peut être dompté pour se transformer en énergie et en autorité de bon aloi. Beaucoup de hautes personnalités l’ont prouvé.
Le goût de la provocation peut se tempérer, et n’être plus utilisé qu’à bon escient. Il en va de même pour les tempéraments moqueurs, qui devraient se transformer en capacité à produire un humour de bon aloi.
 
Et il sera bon d’avoir quelques bonnes citations en réserve.
Voici trois Maximes de François de La Rochefoucauld :
"Nous n’avouons de petits défauts que pour nous persuader que nous n’en avons pas de grands." Effectivement, vous pourrez gagner un point de bonification en avouant avec humour devant le jury un tout petit défaut … Faites-le rire ou sourire à bon escient ?
"Si nous n’avions pas de défauts, nous ne prendrions pas autant de plaisir à en remarquer chez les autres."
"Ce qui nous fait croire si facilement que les autres ont des défauts, c’est la facilité que l’on a de croire ce qu’on souhaite."
 
Vous pouvez aussi faire appel à un proverbe de nos belles provinces, par exemple :
"La mauvaise herbe pousse mieux que la bonne"
Et il est alors permis de faire de l’humour : de nos jours, la botanique, la chimie et l’écologie réunies nous montrent de plus en plus souvent que les "mauvaises herbes" ont en fait assez souvent beaucoup d’utilité (et elles sont même souvent très esthétiques et décoratives !). D’ailleurs le JDN a démontré concrètement que les défauts des collaborateurs ou des collègues peuvent être détournés ou réadaptés pour se montrer utiles.
Et penser aussi que la perfection n’est pas de ce monde … Voici une belle formule de la sagesse du Moyen Age : "Qui veut un cheval sans défaut doit aller à pied".
Ou encore, tout simplement ; l’adage bien connu et souvent employé :
"Le mieux est l’ennemi du bien !"
 
Ultime réflexion : le jury pourrait aussi vous interroger sur les défauts des Français … et vous devrez alors, bien entendu, remonter jusqu’à "nos ancêtres les Gaulois". Courageux, nos ancêtres, certes, mais trop souvent querelleurs et divisés… ce qui fut la cause principale de leurs défaites devant les Légions de Jules César !
Il sera bon d’avoir à l’esprit quelques réflexions des grands auteurs ou de hautes personnalités. En voici une de Napoléon Bonaparte : "Notre ridicule défaut national est de n’avoir pas de plus grand ennemi de nos succès et de notre gloire que nous-mêmes."
Il importe maintenant de chercher à remédier à vos défauts… ou tout au moins de chercher comment vous présenter au mieux devant un jury ou un recruteur.

  DIX RÈGLES D’OR POUR REMÉDIER A VOS DÉFAUTS
Pour mieux vous présenter au recrutement
Pour répondre (à l’avance) aux objections du jury
 
1 - Si je n’ai pas assez de diplômes, je dois prouver que je me suis donné une bonne culture personnelle et que j’ai acquis une expérience solide.
2 - Si j’ai trop de diplômes, je dois porter une appréciation mesurée sur la valeur de la formation, et surtout montrer que je serai capable de m’adapter.
3 - Si je suis jugé trop jeune, je dispose de la maxime classique : “Pour les âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années”.
4 - Si je risque d’être jugé trop vieux, je dois prouver que je suis resté jeune, performant, encore capable de m’adapter.
5 - Si je suis jugé encore trop peu expérimenté, je dois prouver que je puis être immédiatement productif. Et capable de progresser rapidement.
6 - Si l’on juge que j’ai occupé trop de postes différents, je dois tenir une réponse précise prête pour chaque cas, et surtout montrer que chaque expérience se révèle profitable.
7 - Si l’on me juge trop timide, montrer que cela n’exclut pas la volonté, que je serai capable de travailler en équipe, de jouer un rôle d’animateur, et s’il le faut d’affirmer mon autorité.
8 - Si l’on me trouve trop autoritaire, montrer que je suis capable d’inspirer aussi un grand courant de confiance et de sympathie. Et de me montrer diplomate.
9 - Si l’on me trouve trop modeste, affirmer que je n’ai pas moins le sens et le goût des responsabilités, et que j’aspire à me montrer performant à un plus haut niveau.
10 - Si l’on me trouve trop ambitieux, ou bien rectifier mes objectifs, ou bien légitimer mes ambitions en prouvant que j’ai le potentiel nécessaire pour les réaliser au meilleur niveau.
 Exercice de réflexion sur vos qualités et vos défauts
Comment transformer vos défauts en qualités
Cet exercice peut s’effectuer d’abord "dans l’absolu". Vous opérez une réflexion d’ensemble sur votre personnalité ou la conduite de votre vie. Ou encore sur votre situation.
Et vous pouvez composer des tableaux :
Qualités  Défauts Avantages Inconvénients Comment les accentuer    Comment les réduire
Ou encore : comment transformer un défaut en qualité.
Exemples : la lenteur devient prudence ; la précipitation devient rapidité.
Ce sera souvent une question de bon dosage, de juste mesure, en fonction des circonstances
 
Et sachez bien que les défauts ne sont pas toujours nuisibles :
"Il y a des personnes à qui les défauts siéent bien.
Et d’autres qui sont disgraciées par leurs bonnes qualités."
“Nous plaisons plus souvent, dans le commerce de la vie,
par nos défauts que par nos bonnes qualités.” LA ROCHEFOUCAULD. Maximes 
NDLR  Il est bien connu que l’un des plus grands secrets (ou atouts) des managers et grands patrons "partis de rien" c’est justement d’avoir su transformer leurs défauts ou handicaps en qualités ou en opportunités.
 
Revenons pour conclure à une belle formule de Fanny Bauer-Motti, qui a trouvé ce beau titre pour une chronique du JDN :
Développez votre "winner attitude"
"La "winner attitude" c’est le bon positionnement pour atteindre ses buts et ambitions. Car, que ce soit dans son lien aux autres, dans la réalisation de son travail, ou dans la mise en mots des projets professionnels, croire en soi ouvre les portes de la réussite."
Ayez donc toujours un esprit de vainqueur, de gagnant, en traitant aussi bien de vos défauts que de vos qualités.

Autour du même sujet