Le métier de manager face à ses transformations

Chaque fois que l'humanité a changé d'activité dominante, ses outils, sa manière de penser se sont transformés. De telles évolutions changent, en profondeur la fonction managériale dans sa manière d'exercer ce métier.

Malgré l'essor du management horizontal, de l'entreprise libérée et de l'holacratie, le manager n'est pas une espèce en voie d'extinction. Au contraire, il est au coeur de toutes les transformations... Il est l'acteur clé dans un environnement complexe et mouvant où l'intensité et la vitesse du changement n'ont jamais été aussi importantes. 

L'Histoire rappelle que pendant près de trois millions d'années, les activités dominantes de l'homme ont été la chasse et la cueillette. Agriculture et élevage s'imposent ensuite pendant trente mille ans et font place, il y a seulement deux siècles, à l'industrie et au commerce.  Aujourd'hui nous sommes entrés dans une nouvelle ère dite "post industrielle". Une ère de la communication et de la création qui laisse place à une économie du savoir. La matière première n'est plus le charbon ou l'atome, mais l'information.

Chaque fois que l'humanité a changé d'activité dominante, ses outils, sa manière de penser se sont transformés. De telles évolutions impactent, en profondeur, la fonction managériale dans sa manière d'exercer ce métier.

Les compétences relationnelles sont devenues déterminantes dans une fonction d'encadrement mais elles ne sont rien sans la capacité  à décrypter, comprendre et conduire le changement.  En fait, ce qui est  nouveau, c'est la vitesse de propagation du changement. Cette vitesse bouleverse nos repères et nos certitudes. 

A l'heure de la mondialisation, l'entreprise est ouverte sur son environnement professionnel et elle s'inscrit, de plus en plus, dans des démarches de coopération avec d'autres structures ou partenaires. Les clients et fournisseurs font partie intégrante du processus de valeur. L'entreprise devient transversale et cette réalité impacte l'exercice du pouvoir et favorise la décentralisation des responsabilités.

Les outils digitaux modifient en profondeur les modes d'organisation et l'exercice du pouvoir dans l'entreprise. Le travail collaboratif ouvre au management de nouvelles perspectives dans le domaine de la coopération et le partage.

 

Le culte de la performance laisse place à l’entreprise anxiogène. Les questions éthiques trouvent un écho particulier dans un monde où la financiérisation prend le pas sur le développement local. L’entreprise peut-elle encore prétendre incarner le progrès social ? Le travail est-il encore une valeur de référence ?

 

Ces questions impactent la fonction du manager.

 

L'entreprise est parcourue par les évolutions sociétales car elle ne peut vivre en vase clos. La motivation est-elle encore suffisamment présente dans nos sociétés huppées ?


Dans une civilisation de loisirs, nous voyons bien que la réussite professionnelle est fortement concurrencée par d’autres aspirations. La démographie est aussi un facteur clé du changement. En France entre 2010 et 2020, le renouvellement des effectifs est d'un tiers avec l'arrivée massive des membres de la Génération Y puis désormais de la génération Z. Ces jeunes recrues ont une autre relation au temps, à l'organisation et à l'autorité. La société devient de plus en plus individualiste... et l'entreprise n'échappe pas à cette évolution.

 

Aujourd'hui, un manager doit être capable de gérer au sein de sa propre équipe des collaborateurs appartenant à différentes générations, ayant des aspirations parfois divergeantes sur la manière d'appréhender le respect des règles et procédures, l'engagement professionnel, l'appartenance à un groupe.

                                                   

Dans un contexte où les moyens humains et financiers sont de plus en plus contraints, le manager doit, par ailleurs, être efficient dans l'organisation et la capacité à fonctionner en mode réseau. Cette capacité est moins clinquante que la dimension relationnelle mais souvent plus déterminante dans la réussite. Un manager qui ne serait pas exemplaire dans ce domaine du pilotage et de l'organisation  prend le risque de ne pas être légitime dans l'exercice de sa fonction.

Toutes ces mutations montrent l'importance du métier de manager et ce qui en fait, au quotidien, ses enjeux et spécificités dans un environnement instable et complexe. Le manager n'est pas une espèce en voie d'extinction : il est au coeur de toutes les transformations. C'est l'acteur clé du changement dans un contexte où l'intensité et la vitesse du changement n'ont jamais été aussi importante.

Autour du même sujet