Rechercher un thème :
Emploi >   
Toute l'encyclo pratique

Travail dissimulé : quels risques ?

Fiche pratique
DONNEZ VOTRE AVIS
Depuis 1997, la notion de travail dissimulé est qualifiée de délit. Pratique interdite depuis 1940 et auparavant appelée travail clandestin, le recours au travail dissimulé fait encourir de graves sanctions pénales et civiles à un employeur ou responsable d'établissement. Le travail dissimulé cause un préjudice à la fois aux salariés, à la concurrence entre entreprises et aux organismes publics.
 
 
Dernière mise à jour : décembre 2016
 
Qu'est-ce que le travail dissimulé ?
Le travail dissimulé fait partie des six infractions identifiées du délit qualifié de travail illégal. Le délit constitué est la dissimulation totale ou partielle d'une activité ou d'un emploi salarié de façon intentionnelle, comme défini par le Code du travail, articles L143-3 et L320. Depuis 2010, les Comités opérationnels départementaux antifraude (Codaf) sont habilités à contrôler et à sanctionner les entreprises coupables de travail dissimulé.
Le travail dissimulé consiste : soit à dissimuler l'exercice d'une activité à but lucratif sans avoir demandé son immatriculation au registre du commerce ou sans déclaration aux organismes sociaux ou fiscaux ; soit à dissimuler un emploi salarié.
Afin de qualifier le délit, le juge cherche l'élément intentionnel de fraude et son but lucratif. La fréquence de l'activité, son importance, l'absence de facturation constituent des éléments de preuve. Dans le cas d'une dissimulation d'un emploi salarié, l'absence de bulletin de paie ou de la déclaration préalable à l'embauche constitue la preuve de travail dissimulé.

Annonces Google



Recours au travail dissimulé, quels sont les risques pour l'employeur ?
L'employeur s'expose à de lourdes sanctions. En tant que personne physique, la peine pour travail dissimulé peut s'élever à trois ans d'emprisonnement et à une amende de 45 000 euros. S'il y a eu utilisation d'un mineur soumis à une obligation scolaire, l'amende s'élève à 75 000 euros et à cinq ans d'emprisonnement.
En cas de travail dissimulé, l'employeur peut également être interdit d'exercer une fonction publique, une profession commerciale ou industrielle, de diriger, administrer, gérer ou contrôler une entreprise commerciale ou industrielle.
En tant que personne morale, l'amende est de 225 000 euros, assortie d'un placement sous surveillance judiciaire.
L'employeur s'expose également, en cas de travail dissimulé, à des peines complémentaires : fermeture administrative de l'établissement sur une période de trois mois maximum, annulation de mesures de réduction et d'exonération de charges, refus et remboursement des aides publiques sur cinq ans, confiscation des objets utilisés pour l'infraction, financement de l'affichage du jugement dans les publications officielles, voire interdiction d'exercer ses droits civiques, civils et familiaux.

Travail dissimulé, quelles conséquences pour le salarié ?
Le salarié est toujours considéré comme une victime dans les affaires de travail dissimulé. Il peut faire valoir ses droits auprès de l'inspection du travail, saisir les prud'hommes, ou encore se référer aux syndicats et aux associations.
Le salarié peut percevoir une indemnité correspondant à six mois de salaire, quel que soit le mode de rupture de la relation de travail, en cas de travail dissimulé.
 
 
  Envoyer à un ami | Imprimer  
 

 
 
 

Contrats
Fiches pratiques
 Le contrat d’insertion – revenu minimum d’activité Le CAE : contrat d’accompagnement dans l’emploi Le contrat adultes-relais
 Le contrat d’avenir Le contrat de professionnalisation Le contrat emploi consolidé
 Le contrat emploi solidarité Le contrat initiative emploi Le Civis : contrat d’insertion dans la vie sociale
 Le contrat saisonnier Le contrat de travail temporaire Le travail de nuit
 La validité d'un licenciement La rupture du CDD (contrat de travail à durée déterminée) Les droits du salarié licencié
 L'exercice du droit de grève Le recours au contrat de travail à durée déterminée (CDD) Le contrat d'apprentissage
 La période d'essai Signer une clause de non-concurrence Démission : comment la donner
 La durée légale du travail Les heures supplémentaires La modification du contrat de travail
 Le groupement d’employeurs Le VIE La prise d’acte
 Le forfait jour Le forfait jour Le cumul d'emplois
 Promesse d'embauche Temps partiel Avenant au contrat de travail
 Contrat à durée indéterminée (CDI) CDD de mission Cadre dirigeant
 CDD : contrat à durée déterminée  Clause de mobilité Période probatoire
 Portage salarial VRP Le contrat unique d'insertion (CUI)
 Le CDD senior Le préavis de démission Les emplois d'avenir
 Gérant de SARL Le contrat de génération  La fiche de poste
 Renouvellement de CDD L'heure complémentaire Démission d'un CDD : comment rompre son contrat à durée déterminée
 Le délai de carence du CDD Démission pour rapprochement de conjoint Contrat aidé
 Contrat d'alternance Contrat étudiant  Télétravail : définition et cadre juridique
 Contrat de travail : comment le décrypter ? Convention collective : les règles de votre branche Le service civique : devenir volontaire
 AGFF : le taux 2016 de la cotisation retraite complémentaire CDI intérimaire : qui peut en profiter ? Chèque emploi associatif : quelles démarches
 Clause de confidentialité : les obligations du salarié  Délit de marchandage : un risque pour les prestataires de service Emploi franc : un contrat en expérimentation
 La déclaration unique d'embauche (DUE) à l'URSSAF VRP multicarte : statut et contrat Le CDD d'usage : quel cadre juridique ?
 La fin de contrat Travailleur frontalier : quel statut ? Le travail à domicile : les règles à respecter
 CDD de remplacement : les règles à respecter Période d'essai de CDD : quelle durée  Temps partiel de droit : dans quels cas ?
 Formulaire de rupture conventionnelle Travail au noir : quelles sanctions ? Vendeur à domicile indépendant (VDI)
 Travail dissimulé : quels risques ? Contrat d'assistante maternelle Fin de CDD : rupture, préavis, indemnités...
 Heures de nuit : tarif et législation L'agent contractuel de la fonction publique Le Cerfa du contrat de professionnalisation
 Le contrat Cifre en 2016 Le contrat de chantier (CDI de chantier) Le contrat de couple, ou contrat indivisible
 Le contrat de professionnalisation pour les adultes Le PVT : permis vacances travail en 2016  Le statut de l'intermittent du spectacle
 Le travailleur détaché en France Trouver un job d'été 
Lettres types
 Demander les motifs d’un licenciement Contester le licenciement d’une femme enceinte Demander à travailler à temps partiel
 Demander à travailler à temps complet Refuser un changement de lieu de travail Refuser une mutation
 Demander un congé sabbatique Demander un certificat de travail Lettre de démission d’un CDI
 Lettre de démission d’un contrat à durée déterminé (CDD) Lettre de démission d’un emploi jeune Demande de dispense de préavis
 Demande de dispense de préavis Revenir sur sa démission Rompre une période d'essai
 Accepter une rupture de CDD Augmentation de salaire : informer un salarié Lettre de démission d’un administrateur
 Lettre de démission d’un gérant Lettre de démission du président du conseil d’administration Notifier une mutation à un salarié
 Notifier une rétrogradation disciplinaire Refus de passage à temps partiel Refus d'une augmentation de salaire
 Prendre acte d'une démission Accepter une dispense de préavis Refus de dispense de préavis
 Refus de rupture de CDD avant le terme prévu Lettre de démission sans préavis Lettre d'embauche