Truffle 100 : le palmarès 2016 des éditeurs français de logiciel dévoilé

Truffle Capital lève le voile sur la 12e édition de son palmarès de l'édition logicielle en France. Les 100 acteurs analysés enregistrent une croissance globale de 9%.

Le secteur du logiciel français est globalement en bonne santé. C'est ce qui ressort de la 12e édition du Truffle 100 France qui vient de paraître. Publié par l'institut Truffle Capital en partenariat avec le CXP, le classement affiche un grand nombre d'indicateurs dans le vert. Le chiffre d'affaires global des 100 éditeurs du palmarès progresse de 9% en 2015, et s'établit à 12,8 milliards d'euros. Dans le même temps, le résultat net total des acteurs analysés double, et passe de 0,6... à 1,2 milliard d'euros. Un niveau jamais atteint en 10 ans. Côté R&D, les investissements augmentent de près de 15% (pour atteindre également 1,2 milliard d'euros). Quant aux effectifs dédiés à la R&D, ils progressent légèrement (de 4%) pour atteindre 107 000 emplois.

Un marché trop faiblement capitalisé...

"Nous relevons une très faible propension à la délocalisation", commente Bernard-Louis Roques, co-fondateur de Truffle Capital. "Tous ces indicateurs sont excellents. Si l'économie française affichait la même croissance, ce serait l'euphorie partout." Pour l'analyste, les crédit d'impôts (Innovation et Recherche) associés au dispositif de type FCPI jouent pleinement leur rôle de moteur de croissance.

L'OPA sur Cegid pourrait ouvrir la porte à de nouvelles acquisitions étrangères

Reste un canal de financement qui ne fonctionne pas : la bourse. "Seuls 25 éditeurs du palmarès sont actuellement cotés alors qu'ils étaient 33 en 2011", déplore Bernard-Louis Roques. La solution proposée ? "Les PEA et contrats d'assurance-vie pourraient être redirigés vers des sociétés innovantes. Et dans le cas du PEA, c'est faisable immédiatement puisqu'une telle mesure ne coûte rien", avance l'expert.

Mais, il existerait une autre ombre au tableau : toujours du fait de leur manque de financement, les éditeurs français demeurent très largement sous valorisés par rapport à leurs homologues américains. L'alerte avait déjà été lancée par Bernard-Louis Roques dès 2013. Résultat de cette situation : un marché français du LBO très favorable aux Américains... et susceptible de les inciter à acquérir des acteurs en France.

...qui attise les convoitises des acteurs américains

"La récente annonce de l'OPA sur Cegid, 6e du Truffle 100, par un groupe d'investisseurs anglo-saxons corrobore cette analyse. Cette acquisition, si elle aboutit, pourrait ouvrir la porte à d'autres opérations. Le risque est là", prévient Bernard-Louis Roques. Pour le co-fondateur de Truffle Capital, il est donc d'autant plus urgent de mettre en œuvre rapidement des mesures d'incitation en matière de financement.

Classement du Truffle 100 2016. © Truffle Capital

Innovation / CEGID