Quelle est la réalité des clouds OpenStack ?

Une large majorité des clouds sous l'infrastructure OpenStack comptent entre 1 000 et 10 000 cœurs. Ils sont 5% à dépasser les 100 000 cœurs. Une grosse moitié a recours aux containers.

Une étude du cabinet américain 451 Research dresse le profil type d'un cloud sous OpenStack. Premier constat : une large majorité des clouds reposant sur l'infrastructure open source (72%) comptent entre 1000 et 10 000 cœurs de processeur. 5% des cloud motorisés par OpenStack atteignant les 100 000 cœurs. Deuxième enseignement, les missions dévolues à ces environnements dépassent très largement les domaines du développement et du test. D'après 451 Research, ils accueillent  des services d'infrastructure (pour 66% d'entre eux), des applications métier (60%), des systèmes de Big Data (59%) ou encore des services web et d'e-commerce (57%).

Les utilisateurs de clouds OpenStack très orientés vers les containers

Point particulièrement intéressant, les utilisateurs de cloud OpenStack sont plus enclins à utiliser des containers - type Docker. 55% des organisations interrogées par 451 Research (et ayant recours à un cloud OpenStack) mettent en œuvre cette technologie, contre 17% pour l'ensemble du panel des répondants.

OpenStack pénètre un grand nombre de secteurs d'activité

En termes de cible, les utilisateurs de clouds basés sur OpenStack se recrutent dans une grande diversité de secteurs d'activité : la fabrication (15%), le retail et l'hôtellerie (11%), les services (10%), la santé (7%), l'assurance (6%), les transports (5%), la communication et les médias (5%), le commerce de gros (5%), l'énergie (4%), l'éducation et la formation (3%), les services financiers (3%) et le secteur public (3%). En termes de taille d'organisation cliente, il ne s'agit pas seulement de grands comptes. 65% des structures utilisatrices d'OpenStack consultées par 451 Research comptent entre 1000 et 10 000 salariés.

Une évolution vers la virtualisation réseau, l'IoT...

451 Research estime le poids du marché des clouds OpenStack à 1,8 milliard de dollars en 2016. "A date, le chiffre d'affaires global de l'écosystème OpenStack est massivement réalisé par des fournisseurs de services d'IaaS public multi-tenant, mais nos dernières études indiquent que, sur le créneau OpenStack,  les recettes tirées de clouds privés dépasseront celles des clouds publics en 2019 au sein de l'écosystème", souligne le cabinet (lire la note). 

Selon 451 Research, l'un des principaux apports d'OpenStack comparé aux technologies de cloud concurrentes réside dans sa capacité à fournir un standard facilitant la migration d'applications de cloud à cloud (lire l'article : Vous pouvez faire tourner la même appli sur 16 clouds). "OpenStack élimine ainsi la dépendance aux logiciels propriétaires", insiste le cabinet. Pour la suite, 451 Research anticipe une montée en puissance de l'infrastructure open source dans la virtualisation réseau (le Software-defined network), l'hébergement de backend d'applications mobiles, mais aussi l'Internet des objets.

Autour du même sujet