Comparatif : 6 plateformes cloud de développement "low code" Salesforce, le leader de l'aPaaS

Baptisée App Cloud, l'offre d'aPaaS de Salesforce se présente sous la forme d'une boîte à outils. Elle comprend notamment la plateforme de création d'applications maison Force.com et celle d'Heroku, rachetée en 2010. Si la première est opérée dans les datacenters de Salesforce, la seconde est hébergée chez Amazon Web Services. Une passerelle, Heroku Connect, gère la synchronisation des données entre Heroku et le monde Force.com.

Avec Lightning, Salesforce entre de plain-pied dans le "low code"

C'est avec Lightning en 2015 que Salesforce a fait un grand pas vers le "low code". Inaugurant une refonte graphique de l'offre SaaS de Salesforce, Lightning introduit aussi une autre façon de programmer. Sorte de framework de développement full stack, Lightning fait évoluer Visualforce, l'UI de Salesforce, ainsi que Force.com et son langage propriétaire inspiré de Java (Apex). Avec les modules Process Builder ou Visual Workflow, Lightning permet d'instancier des briques métiers et de les faire interagir au sein d'un workflow. L'utilisateur exploite les composants pré-intégrés de Salesforce, ou ceux fournis par ses partenaires via sa place de marché AppExchange.

"Des briques en SaaS peuvent être ainsi configurées à 80 à 90% sans code. Mais dès que vous avez besoin de règles métier complexes et spécifiques, il faut passer par le code, donc par Force.com", explique Matthieu Hasser, associé au cabinet Texeï. Maîtriser la plateforme nécessite, selon lui, un véritable investissement. Salesforce a toutefois mis un grand nombre de tutoriaux sur Trailhead, sa plateforme de formation gratuite.

Offre "low code" de Salesforce en bref

Points forts

Points faibles

- La maturité et la combinaison des plateformes Force.com et Heroku

- L'apport de Lightning, la richesse de la place de marché

- Le coût de la solution

- Pas d'option on premise ou hybride

Framework