Lyft : une fuite de données financières révèle les difficultés du challenger d'Uber

Lyft a enregistré une perte de 127 millions de dollars au premier semestre et recruté moins de clients que prévus.

Difficile d'évoluer dans l'ombre d'un méga-géant ayant levé la somme astronomique de 8,21 milliards de dollars. C'est pourtant ce qu'essaie de faire le service de VTC Lyft, aux Etats-Unis, principal concurrent d'Uber. Mais des données financières révélées par Bloomberg montrent que le challenger a bien du mal à se faire une place.

Burn rate : des millions de dollars par mois

Au premier semestre, Lyft a enregistré une perte de 127 millions de dollars pour un chiffre d'affaires de 46,7 millions de dollars. Le burn rate de la société atteint des dizaines de millions de dollars par mois et Lyft ne parvient pas à atteindre ses prévisions de croissance. En février, Lyft prévoyait d'enregistrer 7,4 millions de courses en juillet pour un chiffre d'affaires de 25 millions de dollars et une perte nette de 14 millions. En réalité, la start-up "a enregistré moitié moins de courses, enregistré un chiffre d'affaires de 30% moins élevé et a perdu deux fois et demi plus que prévu", assure Bloomberg.

96,1 millions de dollars pour le marketing au premier semestre

La société mise sur d'énormes dépenses pour lutter contre la concurrence écrasante d'Uber. Elle a dépensé 96,1 millions de dollars en marketing au premier semestre, soit plus de deux fois son bénéfice sur la même période. Les réductions accordées aux clients représentent la majorité du budget, mais Lyft a aussi investi dans d'énormes panneaux publicitaires à Times Square, à New York, ou sur Market Street à San Francisco, ainsi que dans des bonus pour les chauffeurs.

Une nouvelle levée de 500 millions de dollars

Il y a quelques jours, le New York Times a révélé que Lyft serait en train de boucler une nouvelle levée de fonds de 500 millions de dollars pour une valorisation de quatre milliards de dollars. Une opération censée permettre au principal concurrent d'Uber aux Etats-Unis de continuer à se battre pour les parts de marché mais aussi peut-être d'étendre son offre commerciale dans d'autres pays.

Les documents obtenus par Bloomberg révèlent également qu'Andreessen Horowitz est le principal actionnaire de la start-up, avec 12% des parts. Le japonais Rakuten détient une participation de 10% et Mayfield Fund 6,6%.

"La société ne prévoit pas d'être rentable dans un avenir proche"

Lyft a assuré récemment par la voix de son cofondateur et président John Zimmer que son service de VTC détient 40% des parts de marché à San Francisco, là où lui et Uber ont été créés, et qu'il devrait réaliser près d'un milliard de transactions en 2015 pour un chiffre d'affaires de 200 millions de dollars environ. Mais selon Bloomberg, la société prévoit un chiffre d'affaires de 26,3 millions de dollars et une perte nette de 124 millions de dollars au troisième trimestre. "La société est historiquement déficitaire et ne prévoit pas d'être rentable dans un avenir proche", peut-on lire sur les documents.

En 2014, Uber a enregistré un chiffre d'affaires de 415 millions de dollars et une perte de 470 millions. La société serait valorisée autour de 60 à 70 milliards de dollars. Difficile pour Lyft de rivaliser avec une telle force de frappe…

Uber