.vin et .wine : un accord trouvé, victoire d'Axelle Lemaire sur l'Icann

.vin et .wine : un accord trouvé, victoire d'Axelle Lemaire sur l'Icann Axelle Lemaire avait menacé de quitter l'Icann si la gestion du .wine et du .vin était attribuée à l'américain Donuts, empêchant les viticulteurs d'en bénéficier.

Après des mois de conflits, un accord a finalement été trouvé entre l'américain Donuts et plusieurs organisations de la filière du vin concernant la gestion du .vin et du .wine. La gestion de ces deux extensions a bien été finalement déléguée à Donuts par l'Icann le 18 juin dernier. Mais pas sans contrepartie. Si les détails de cet accord restent confidentiels, une liste de noms dont l'usage sera réservé aux détenteurs légitimes d'une appellation géographique a été déterminée, selon nos informations. La Commission européenne et les producteurs ont dont retiré la procédure engagée à l'été 2014 auprès de l'Icann pour empêcher Donuts de s'emparer de la gestion de ces noms de domaines et d'empêcher les producteurs d'en bénéficier, faute de moyens suffisants, ou de favoriser la contrefaçon.

A son entrée en fonction, en 2014, l'extension .vin avait été l'un des premiers combats de la secrétaire d'Etat chargée du numérique, Axelle Lemaire. Elle avait alors critiqué le fonctionnement opaque de l'Icann et même menacé de quitter l'organisation suite à la découverte de l'attribution du .vin et .wine à Donuts (lire : "Si le .vin et .wine sont maintenus, la France ne participera pas à la réforme de l'Icann", du 23/06/15). "L'UE demande à ce que les AOC soient reconnus dans le commerce international", déclarait alors la secrétaire d'Etat dans une interview accordée au JDN. Des viticulteurs du monde entier avaient répondu à son appel pour peser dans les négociations.

Une victoire qui pourrait compliquer la réforme de l'Icann

L'Icann, placé sous tutelle de Washington depuis sa création en 1998, est censé devenir une organisation internationale d'ici septembre 2015. Sa réforme est cruciale pour la gouvernance d'Internet et la France demande une profonde refonte plus transparente de l'Icann. Axelle Lemaire craint que cette victoire ne crispe les Etats-Unis dans le processus de transformation : "Les Républicains sont absolument contre la perte de pouvoir de Washington sur l'Icann, explique-t-elle, et ils pourront se servir de l'exemple du .vin pour appuyer leur argumentation selon laquelle les Etats-Unis ne doivent pas en lâcher la gouvernance. A l'approche des présidentielles, le sujet est très sensible et Hillary Clinton ne se prononcera pas en faveur d'une réforme pour ne pas se mettre à dos le pan le plus à droite des Démocrates."

Annonces Google