Restaurants wok : pourquoi ils se développent Quatre concurrents sur le pied de guerre

un restaurant tigerwok.
Un restaurant Tigerwok. © Tigerwok

Ils sont quatre, et presque sur un pied d'égalité. Tiger Wok, précurseur en 2002, compte cinq restaurants. Wokbar et Rouge Tendance, quatre chacun. Asiawok se contente pour l'instant de trois.

Chacun a fait du wok le concept central de ses établissements : la casserole asiatique concave permet de cuire les aliments à feu très vif sans leur faire perdre leurs qualités nutritionnelles. Mais chacun a ses spécificités. Tiger Wok et Rouge Tendance sont des restaurants à places assises quand Asia Wok et Wokbar misent sur la vente à emporter. Mais tous entendent multiplier les ouvertures

Tiger Wok, dont le cofondateur Philippe Vonthron ne cache pas son agacement devant une concurrence qui s'est inspirée de ses idées, a programmé cinq ouvertures dans les mois à venir. Surtout, il compte "reprendre l'avantage" en lançant des Tiger Wok dédiés à la vente à emporter. Objectif : en créer une trentaine, dont la moitié en franchise.

Rouge Tendance, arrivé sur le marché un an après Tiger Wok, désire quant à lui rester sur le modèle des grands restaurants et vise 10 implantations à l'horizon 2010. Deux établissements seront ouverts d'ici la fin de l'année, dont un Grenoble au quatrième trimestre. Soit en même temps que le nouveau Tiger Wok, et ce alors que la capitale iséroise accueille déjà un Wokbar...

un restaurant wokbar.
Un restaurant Wokbar. © Wokbar

Wokbar, justement, ne cache pas ses ambitions. Si une implantation vient d'ouvrir à Montmartre, et qu'aucune n'est précisément programmée, le cofondateur Jean-Claude Villain estime qu'à l'instar d'un Mezzo Pasta, le chiffre de 70 restaurants à terme "n'est pas irréaliste".

Enfin, Thomas Mirouel, chez Asia Wok, indique que trois projets d'ouverture sont en cours, via des contrats d'affiliation.