Une histoire plus classique que du Derrick

Le duo de méchants, très très méchants : le chevalier noir et son perfide conseiller © Sony
Abordons de prime abord le principal problème de ce jeu : son scénario. Alors c'est l'histoire d'une princesse qui se fait enlever. Et son héros part en quête pour la délivrer et trouve au passage une armure de chevalier blanc qui lui procure des supers pouvoirs. Et comme c'est bien fait, le méchant a une armure de chevalier noir. Les gentils passent ainsi le jeu à courir après les vilains au travers d'environnements plus ou moins variés. 

Pas un soupçon de second degré. Les dialogues sont pauvres, les scènes d'émotion d'un kitch consommé. C'est un cas d'école de manque d'inspiration.

Suggestions de contenus