Télétravail : E. Macron confirme la poursuite du 100% télétravail

Chargement de votre vidéo
"Télétravail : E. Macron confirme la poursuite du 100% télétravail"

Télétravail : E. Macron confirme la poursuite du 100% télétravail [TELETRAVAIL] Le télétravail désigne le fait de travailler pour son employeur hors de l'entreprise. Cette forme d'organisation est de nouveau généralisée avec le deuxième confinement en France à compter du 29 octobre minuit. Quelles sont les exceptions ? Et les sanctions ?

[Mise à jour du mercredi 25 novembre 2020 à 11h39] Lors de son allocution télévisée de ce mardi 24 novembre, le président de la République, qui a annoncé que la première phase de déconfinement débuterait le 28 novembre à 8 heures, avec notamment la réouverture des commerces, a indiqué toutefois indiqué qu'il faudrait continuer à "télétravailler lorsque c'est possible". Jusqu'à quand ? Le chef de l'Etat ne l'a pas précisé. Les règles actuelles, à savoir le 100% télétravail pour les activités qui le permettent "s'appliqueront jusqu'aux vacances de Noël", avait indiqué la ministre du Travail Elisabeth Borne lors de d'une réunion avec les partenaires sociaux le 16 novembre dernier. Et après ? Le télétravail pourrait être obligatoire quelques jours par semaine à compter de début 2021. C'est ce qu'a indiqué le président du Medef Geoffroy Roux de Bezieux ce mercredi matin invité chez BFMTV : "Le premier ministre nous a demandé lundi soir de réfléchir à une deuxième phase pour le début de l'année qui ne soit pas le 100% de télétravail comme aujourd'hui mais qui ne soit pas non plus au stade précédent". Et d'évoquer "quelques jours par semaine obligatoires" pour cette période, qui doit aller jusqu'au 20 janvier 2021 d'après le calendrier de déconfinement dévoilé ce mardi par Emmanuel Macron.

Pour rappel, un travailleur qui peut exercer toutes ses tâches en télétravail doit le faire cinq jours sur cinq. Ceux qui ne le peuvent pas parce qu'ils ont besoin d'équipements spécifiques pour travailler, comme les architectes, peuvent se rendre au travail ponctuellement." Ceux qui exercent des métiers qui ne peuvent s'effectuer à distance (BTP, intervenants à domicile...), eux, sont dispensés de télétravail. Il leur est nécessaire de disposer d'une attestation de l'employeur, qui est tenu d'aménager les horaires d'arrivée et de départ pour limiter l'affluence. Un nouveau modèle sera disponible prochainement.

A noter également qu'une négociation sur le travail à distance a été engagée avec les partenaires sociaux le 3 novembre dernier, l'objectif étant d'aboutir à un accord national interprofessionnel (ANI) à ce sujet. Le dernier ANI sur le sujet date de 2005, même si les ordonnances réformant le code du travail de 2017 ont apporté des modifications à ce sujet. La dernière réunion, à laquelle a notamment assisté le Premier ministre Jean Castex, a eu lieu ce lundi 23 novembre. Face aux dissensions entre les organisations salariales et patronales, notamment sur le caractère contraignant de l'accord, le double-volontariat, la réversibilité, la responsabilité de l'employeur, l'éligibilité des postes, la motivation du refus et la possibilité d'imposer le télétravail dans des circonstances exceptionnelles, la réunion a été suspendue dans la soirée après huit heures de négociation et une première interruption de deux heures. Après la reprise des discussions ce mardi 24 novembre, le patronat a transmis en fin de journée un texte définitif aux syndicats prenant en compte certaines propositions faites par ces derniers. Sans accord, l'Etat risque de reprendre le dossier en main.

Le télétravail est-il obligatoire pendant le confinement ?

Cela revient-il à dire que le télétravail est obligatoire ? Pas au sens de la loi. "Seule une disposition législative impérative pourrait rendre le télétravail obligatoire mais la portée d'une telle mesure devrait être relativisée. En pratique, toutes les fonctions ne peuvent pas être réalisées en télétravail et, pour un fonctionnement optimal, la présence de certains est parfois indispensable. Dès lors, dans le cadre de son pouvoir d'organisation, l'employeur conserve nécessairement une marge d'appréciation dans les modalités de mise en œuvre du télétravail", explique Vincent Manigot, avocat au département droit social du cabinet De Pardieu Brocas Maffei. Toutefois, selon l'avocat, l'employeur, qui rappelons-le est responsable de la sécurité de ses salariés, risque gros s'il ne généralise pas autant que faire se peut le télétravail dans son entreprise : "L'employeur qui déciderait de ne pas mettre en œuvre le télétravail, lorsque cela est possible, pourrait voir sa responsabilité engagée pour un manquement à son obligation de sécurité, s'il est établi qu'il n'a pas mis en place un protocole sanitaire adéquate et que ses salariés ont été exposées à une situation de danger qui pouvait être évitée".

Télétravail et coronavirus : ce qu'il faut savoir

Il est possible de se déplacer dans le cadre de son travail uniquement quand le télétravail est impossible. L'employeur doit alors délivrer une attestation dérogatoire permanente. Les travailleurs non-salariés, eux, doivent utiliser l'attestation de déplacement dérogatoire et choisir le premier motif de déplacement, afférent aux trajets professionnels. Pour rappel, en plus de l'attestation dérogatoire, se munir de toute pièce justificative permettant de prouver la nécessité du déplacement. "Pour les fonctionnaires et les travailleurs indépendants, la carte professionnelle fait foi", a précisé le Premier ministre en conférence de presse.

Les personnes vulnérables qui ne peuvent ni recourir au télétravail ni bénéficier de certaines mesures de protection renforcées sur leur lieu de travail ou sur leur trajet domicile-travail peuvent bénéficier du chômage partiel

Qu'est-ce que le télétravail ?

D'après l'article L1222-9 du Code du travail, le télétravail désigne "toute forme d'organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l'employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon volontaire en utilisant les technologies de l'information et de la communication". On entend donc par télétravail toute forme de travail à distance s'effectuant notamment via une connexion Internet.

Comment se passe le télétravail ?

En télétravail, le salarié effectue le même temps de travail qu'en entreprise. Le salarié en télétravail doit respecter le temps de travail de son entreprise, être joignable sur les heures de travail de l'entreprise et respecter une pause de onze heures entre chaque période travaillée.

Qui a droit au télétravail ?

Tous les salariés ont droit au télétravail, y compris ceux qui sont à temps partiel. Toutefois, l'employeur est en droit de refuser les demandes de télétravail qui lui sont formulées, à condition de justifier ce refus.

Télétravail : que dit la loi ?

Le gouvernement a créé un droit au télétravail pour les salariés français dans la loi pour le renforcement du dialogue social, promulguée en septembre 2017. Le télétravail en entreprise est encadré par la loi. Il doit être mis en place dans le cadre d'un accord collectif ou, à défaut, dans le cadre d'une charte établie par l'employeur après consultation du comité social et économique. Si un accord ou une charte s'applique, ce texte doit notamment préciser :

  • Les conditions de passage en télétravail et les conditions de retour en entreprise
  • Les modalités d'acceptation par le salarié des conditions de mise en œuvre du télétravail
  • Les modalités de contrôle du temps de travail et les plages horaires durant lesquelles l'employeur peut contacter le salarié en télétravail.

En l'absence d'un accord ou d'une charte, le salarié et son employeur peuvent s'accorder pour recourir au télétravail. Ils doivent impérativement formaliser cet accord par le moyen de leur choix. Un courriel, par exemple, peut suffire.

Sauf circonstances exceptionnelles ou cas de force majeure (article L. 1222-11 du code du travail), comme dans le cadre de la crise sanitaire du coronavirus, le salarié doit être d'accord pour être en télétravail. Le fait de refuser d'être en télétravail ne peut pas constituer un motif de licenciement.

Télétravail après le 2 juin 2020 : l'employeur peut-il refuser le télétravail ?

Entre les deux confinements, l'employeur avait légalement la possibilité de refuser le télétravail à un salarié. S'il estimait que les conditions de reprise d'activité étaient conformes aux consignes sanitaires sur le lieu de travail décrites dans le protocole national de déconfinement, l'employeur pouvait donc refuser le maintien en télétravail. Mais, tout comme il devrait également le faire en temps normal, l'employeur avait alors l'obligation de motiver ce refus.

Télétravail et obligations de l'employeur

Les obligations de l'employeur vis-à-vis du salarié en télétravail sont multiples : 

  • L'employeur peut refuser le télétravail à un salarié qui occupe pourtant un poste qui permet d'en bénéficier (dans les conditions prévues par accord d'entreprise ou par charte). Cependant, l'employeur a alors l'obligation de motiver sa réponse, en démontrant, par exemple, pourquoi les tâches exercées sont incompatibles avec le télétravail
  • En ce qui concerne le matériel, l'employeur a l'obligation d'informer le salarié de toute restriction d'usage d'équipements, d'outils informatiques ou de services de communication électronique ainsi que des sanctions encourues en cas de non-respect de ces restrictions d'usage
  • L'employeur a enfin l'obligation d'organiser un entretien annuel avec le salarié en télétravail afin de revenir, entre autres, sur les conditions d'activité du salarié et sa charge de travail.

Droits du salarié en télétravail

Ce qui vaut pour les titres-restaurants vaut de manière générale : un salarié en télétravail bénéficie des mêmes droits individuels et collectifs que l'ensemble des salariés de l'entreprise, notamment en matière de :

  • Accès à la formation
  • Respect de la vie privée
  • Santé et sécurité au travail
  • Accès aux activités sociales de l'entreprise, aux informations syndicales, aux avantages sociaux (titres-restaurant, chèques vacances, etc.).

Un salarié en télétravail doit avoir les mêmes droits qu'un salarié présent dans les locaux. A ce titre, il peut prétendre aux mêmes droits en termes de rémunération, de temps de travail, de congés payés... Le télétravailleur bénéficie également d'une affiliation au régime général de protection sociale ainsi qu'au régime de retraite complémentaire. Le salarié peut également demander le remboursement des frais liés au télétravail. Le salarié en télétravail a des droits, mais il a aussi des obligations : comme tous les salariés, le télétravailleur doit respecter les obligations fixées par son employeur et s'expose à des sanctions disciplinaires (comme l'avertissement ou encore la mise à pied) en cas de non-respect.

Nos derniers articles sur le télétravail

Comment contrôler le télétravail ?

Les modalités de contrôle du temps de travail ou de régulation de la charge de travail doivent être précisées dans l'accord collectif ou la charte élaborée par l'employeur, après avis du comité social et économique.

Télétravail et chômage partiel

Il est possible d'alterner télétravail et chômage partiel : l'entreprise fixe alors la quotité de travail pouvant être effectuée à distance et sa répartition le cas échéant si les salariés doivent jongler entre télétravail et chômage partiel. En revanche, il n'est pas possible d'être au même moment en télétravail et au chômage partiel : le télétravail est une des modalités possibles d'exercice de l'activité professionnelle. Ainsi, lorsqu'un salarié est en télétravail, il ne peut pas être en même temps au chômage partiel. Les employeurs qui demandent à leurs salariés de travailler à domicile alors qu'ils sont au chômage partiel risquent des sanctions, notamment des sanctions pénales. 

Télétravail et ticket restaurant

A partir du moment où les salariés qui travaillent dans les bureaux de l'entreprise bénéficient des titres-restaurants et dès lors que les conditions de travail sont les mêmes, à savoir une journée organisée en deux vacations entrecoupées d'une pause réservée à la prise d'un repas, les salariés en télétravail doivent eux-aussi en bénéficier.

Heures supplémentaires et télétravail

Les salariés en télétravail bénéficient du paiement de leurs heures supplémentaires dans les mêmes conditions que s'ils les avaient effectuées dans les locaux de l'entreprise. Toutefois, ces heures doivent avoir été effectuées à la demande de l'employeur. Dans le cas contraire, elles pourraient ne pas être payées.

Télétravail occasionnel

Les conditions de mise en œuvre du télétravail ont été assouplies par l'ordonnance du 22 septembre 2017 relative à la prévisibilité et à la sécurisation des relations de travail. Le texte prévoit "qu'en l'absence de charte ou d'accord collectif, lorsque le salarié et l'employeur conviennent de recourir de manière occasionnelle au télétravail, ils formalisent leur accord par tout moyen". Le télétravail peut donc être occasionnel et permis par un simple accord mutuel, oral ou par courriel entre l'employeur et le salarié.

Fiches conseils

Arrêt du télétravail

Le salarié en télétravail est prioritaire pour occuper ou reprendre un poste dans les locaux de l'entreprise qui corresponde à ses qualifications et compétences professionnelles. L'employeur a l'obligation de l'informer de la disponibilité de tout poste de cette nature.

Télétravail et accident du travail

Un accident arrivé au salarié sur le lieu où est exercé le télétravail durant sa période de travail est présumé relever de l'accident du travail.

Accord de télétravail

Le télétravail peut être mis en place dans l'entreprise de trois manières différentes :

  • Par un simple accord avec le salarié (accord oral, e-mail, courrier…)
  • Par une charte élaborée par l'employeur, après avis du comité social et économique
  • Par un accord collectif. 

Passer par un accord collectif permet de fixer des règles communes à tous les télétravailleurs au lieu de conclure un avenant plus ou moins complexe pour chacun d'eux. Outre les clauses obligatoires communes à tout accord collectif (préambule, forme et délai de renouvellement ou de révision de l'accord, conditions de suivi, clause de rendez-vous, conditions de dénonciation s'il s'agit d'un accord à durée indéterminée...), l'accord collectif doit comporter les clauses obligatoires prévues par l'article L 1222-9 du Code du travail à avoir :

  • Les conditions de passage en télétravail, en particulier en cas d'épisode de pollution. Cette clause peut comprendre les conditions d'éligibilité, les formalités à accomplir, les conditions d'exécution du télétravail (le lieu du télétravail, le nombre de jours télétravaillés etc.)
  • Les conditions de retour à une exécution du contrat de travail sans télétravail
  • Les modalités d'acceptation par le salarié des conditions de mise en place du télétravail
  • Les modalités de contrôle du temps de travail ou de régulation de la charge de travail
  • La détermination des plages horaires durant lesquelles l'employeur peut habituellement contacter le salarié en télétravail
  • Les modalités d'accès des travailleurs en situation de handicap à une organisation en télétravail.

A ces mentions, les négociateurs peuvent ajouter des clauses facultatives liées à l'organisation du télétravail. Nombreux sont les accords de télétravail qui, par exemple, précisent les conditions de prise en charge des équipements de travail.

Chroniques

Télétravail dans la fonction publique

Les fonctionnaires d'Etat peuvent bénéficier du télétravail si un arrêté de leur ministre de tutelle les y autorise. Le fonctionnaire concerné ne peut pas être en télétravail plus de trois jours par semaine et doit être présent au minimum deux jours par semaine dans les locaux de son administration. Ces durées peuvent être définies sur une base mensuelle. Le fonctionnaire en télétravail ne peut pas bénéficier de la prise en charge de ses frais de repas.

Les conditions de mise en place du télétravail dans la fonction publique sont définies par différents textes réglementaires fixant en particulier :

  • Les activités pour lesquelles il est possible de faire du télétravail
  • La liste et la localisation des locaux éventuellement mis à disposition par l'administration pour télétravailler, le nombre de postes de travail et les équipements disponibles
  • Les règles en vigueur concernant la sécurité informatique, le temps de travail, la sécurité et la protection de la santé
  • Le mode de contrôle et de comptabilisation du temps de travail
  • Les conditions de prise en charge, par l'administration, des coûts engendrés par le télétravail (matériels, logiciels, abonnements, etc.)
  • La durée de l'autorisation de télétravail si celle-ci est inférieure à un an.

En ce qui concerne le télétravail dans la fonction publique dans le cadre de la crise du coronavirus, les administrations doivent mettre en place une organisation permettant deux à trois jours à distance hebdomadaire, a annoncé le gouvernement le 15 octobre. Pour la fonction publique territoriale, la ministre du Travail "invite" seulement les administrations "à faire de même pour les postes pour lesquels c'est possible".

Vie professionnelle