Scala fusionnait avec Epicor

Toutes les semaines, retour sur un événement marquant de l'actualité de l'industrie informatique & télécoms d'il y a 5 ans.

La fusion entre les éditeurs Scala Business Solutions et Epicor Software venait d'être annoncée. D'un montant global de 87 millions de dollars, la transaction se traduisait par le lancement d'une offre publique d'achat d'Epicor sur Scala, l'opération devait être bouclée d'ici la fin du premier trimestre 2004.

Les deux acteurs se rapprochaient notamment pour bénéficier de synergies géographiques, mais aussi technologiques et sectorielles. Le nouvel acteur, spécialisé dans les ERP, le CRM et le SCM, pesait 250 millions de dollars de volume d'affaires et bénéficiait d'un portefeuille de 20 000 clients.

"Epicor est implanté sur le marché nord américain, en Australie et au Royaume-Uni, tandis que Scala est présent sur les marchés d'Europe centrale et de l'est, en Scandinavie, en Russie et même en Chine. Nous nous adressons actuellement aux mêmes entreprises - celles du marché intermédiaire - mais pas sur les mêmes territoires. Ce rapprochement va nous permettre de satisfaire des entreprises multinationales, c'est un des principaux moteurs de la fusion", précisait Neville Hobson, vice-président de Scala, en charge de la communication institutionnelle.

Les deux acteurs basaient leurs solutions sur la plate-forme .Net de Microsoft et sur les services Web. Partenaires actifs du géant de Redmond, ils faisaient partie du Microsoft Global ERP Ecosystem et participaient à de nombreux programmes de développement conjoint et initiatives d'adoption anticipées des technologies lancées par Microsoft.

Sur le plan des domaines fonctionnels couverts, Epicor s'était spécialisé dans les solutions logicielles intégrées pour la gestion de la relation client (CRM), la gestion financière, la fabrication, la gestion de la chaîne logistique (SCM), l'automatisation des services professionnels et le commerce collaboratif.

Scala Business Solutions proposait de son côté une gamme plutôt orientée ERP collaboratif (l'aspect collaboratif consistant, selon l'éditeur, à fluidifier et automatiser nombre de processus ou connexions, comme par exemple avec les bases de données SAP), le CRM et le SCM. Les deux sociétés étaient présentes sur le marché intermédiaire.

La nouvelle entité se positionnait à la onzième place des fournisseurs d'ERP dans le monde (sur la base des données 2002 du cabinet AMR Research).

 

Et aussi, du 18 au 25 novembre 2003

Sun annonçait le passage de son serveur d'applications en Open Source

Sun a annoncé le passage de son serveur d'applications Java en licence Open Source. Objectif affiché par la firme : se doter d'un nouvel avantage concurrentiel tout en participant à la promotion des travaux mis en œuvre autour du langage Java. L'éditeur n'avait pas encore dévoilé l'échéance de ce projet ni les versions de sa plate-forme qui seraient concernées.

AMD investit 2,4 milliards de dollars dans un nouveau centre de production

AMD annonçait un projet de construction d'un nouveau site de production en Allemagne. Une enveloppe de 2,4 milliards de dollars allait être destinée à la mise en œuvre de ce chantier. Avec pour vocation d'assembler des composants électroniques, la nouvelle implantation devait employer environ un millier de personnes d'ici 2006.

Levée de fonds de 10,5 millions d'euros pour Clearswift

Clearswift, éditeur spécialisé dans l'intégration, concluait une nouvelle levée de fonds. A hauteur de 10,5 millions d'euros, elle avait été réalisée auprès de ses actionnaires historiques : des fonds de capital-risque gérés par Amadeus Capital Partners, BA Capital Partners, Cazenove Private Equity et Kenet Venture Partners. L'éditeur entendait exploiter cet apport pour renforcer son positionnement sur le créneau de la sécurité des transactions.

 

Annonces Google