Dossier Où et comment trouver un cofondateur pour sa start-up ?

"Le plus gros problème de l'entrepreneur, c'est la solitude", note Valérie Gombart, directrice générale de Hi Inov. "Quand on est confronté au syndrome de la page blanche, on a besoin d'un associé pour échanger des idées." "Monter une start-up tout seul me semble compliqué. Par expérience, les sociétés avec deux ou trois actionnaires fonctionnent mieux ", renchérit Patrick Malka, du fonds d'investissement Newfund.

Le plus simple reste, bien sûr, de trouver son cofondateur parmi ses connaissances. Choisir quelqu'un avec qui on a déjà eu l'occasion de travailler, c'est s'assurer que l'on n'aura pas de mauvaise surprise. Souvent, pourtant, les entrepreneurs ont tendance à évoluer dans des cercles restreints et de côtoyer des personnes aux profils et compétences similaires (développeurs, commerciaux...).

Les cofondateurs doivent impérativement présenter des compétences complémentaires. Pour dénicher la perle rare, plusieurs solutions. Se faire héberger dans un incubateur, pour entrer dans l'écosystème et avoir l'occasion de rencontrer des profils divers. Fréquenter les salons de start-up, pour y croiser d'autres entrepreneurs.

Il existe aussi des sites destinés à mettre en relation ceux qui cherchent à créer une start-up mais n'ont pas encore d'associés. Des sites de rencontre pour entrepreneurs, en quelque sorte. Aux Etats-Unis, FounderDating est présent dans 24 villes et quatre Etats. Le réseau se targue d'une base de données de qualité, avec 50% d'ingénieurs, le profil le plus recherché.

Quand ?

Trouver un accord avec son cofondateur prend du temps, souvent plusieurs mois. "L'une des plus grosses erreurs que j'ai pu observer, sont des gens qui ont attendu trop longtemps avant de chercher un cofondateur. N'attendez-pas d'avoir quitté votre travail ou d'être sur le point de lever des fonds. Trouver un cofondateur est la première étape par laquelle passer, pas la dernière", commente Jessica Alter, cofondatrice et CEO de FounderDating. Elle conseille de commencer à chercher son associé très tôt, et de commencer à travailler ensemble six à 12 mois avant de quitter son travail et de se lancer. Attendre trop signifie aussi choisir dans l'urgence, au dernier moment, sans prendre le temps de s'assurer que le cofondateur est le bon.

Vendre son idée ?

Faut-il convaincre son cofondateur en lui vendant un projet spécifique ? "Non", assure Jessica Alter. "ça ne marche quasiment jamais. Il faut se concentrer sur la personne que l'on choisit, pas sur l'idée en elle-même. Vous ne devriez pas essayer de vendre un projet à quelqu'un. Il y a de grandes chances pour qu'il change en partie ou complètement. Si votre associé vous rejoint uniquement sur un projet, cela va poser problème en cas de pivot. Assurez-vous que vous êtes compatibles, puis commencez à parler des idées qui vous intéressent et du type de société que vous voulez bâtir." Avant de conclure : "Une idée n'est qu'une idée. Il est peu probable que ce soit l'idée du siècle, donc ne la mettez pas en avant."