L’agilité par les règles métiers

Rendre un processus agile c'est offrir la possibilité aux utilisateurs de le modifier simplement en fonction de leurs besoins. C'est ici que les moteur de règles métiers entrent en jeu.

Les outils de gestion de processus dit "humains" sont particulièrement bien adaptés pour modéliser des Workflows basés sur un mode de management dit "vertical". Ces processus sont définis par le management (les responsables fonctionnels) et déployés par la Direction des Systèmes d'informations (les responsables techniques).

Rappelons qu'un des objectifs du "Business Process Management" est de fournir un outil de modélisation compréhensible à la fois pour des experts métiers et des responsables techniques. Ils élaboreront conjointement les processus de l'entreprise.

Les outils de BPM ont parfaitement rempli leur rôle dans la modélisation des processus verticaux. La plupart des grandes entreprises ont acquis et utilisent régulièrement des logiciels BPM (souvent à travers des modules présents dans les ERP).

Ces outils sont de formidables leviers d'amélioration de la productivité en optimisant la performance des processus "verticaux". Cette performance peut être mesurée en temps réelle en utilisant les moteurs de reporting et les indicateurs. La plupart des solutions fournissent en standard des modules de monitoring (ou Business Activity Monitoring, BAM) et de suivi de la performance (Key Performance Indicators, KPIs)...


Evolution "darwinienne" des processus

Rendre un processus agile c'est offrir la possibilité aux utilisateurs de modifier simplement les processus en fonction de leurs besoins.

Les organisations sont confrontées de plus en plus au besoin d'adapter rapidement les processus en fonction des problématiques métiers. Pour gagner en rapidité et en efficacité, les processus devront être capables d'évoluer sans nécessairement faire l'objet d'une redéfinition par les experts fonctionnels et d'un redéploiement par les responsables techniques. Les adaptations devront si possible être effectuées directement par les équipes sur le terrain.

Cette évolution "darwinienne" des processus en fonction de leur utilisation est fondamentale. Rappelons cette citation de Darwin, pour preuve du parallèle avec la théorie de l'évolution des espèces : "Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais ce sont celles qui s'adaptent le mieux aux changements."


Comment rendre un processus agile ?

Pour apporter une réponse à cette problématique, les outils de BPM 2.0 associeront au moteur de Workflow spécialisé dans le routage des formulaires, un second moteur traitant les "Règles de Gestion Métiers" (BRM).

Non seulement l'intégration d'un moteur de règles métiers améliore l'agilité de l'entreprise, mais elle permet aussi d'automatiser des prises de décisions complexes qui évoluent dans le temps sans intervenir sur le processus maitre.

Une enquête d'IDC de début 2005 reflète que "plus de la moitié des entreprises qui n'utilisent pas de solution de Gestion des règles métier modifieraient leurs processus métier plus fréquemment si elles pouvaient réaliser ces changements plus simplement et de manière plus économique."

La modélisation des règles se fait en syntaxe naturelle, afin que les responsables métiers puissent aisément les faire évoluer.

Nous retrouvons ici une convergence entre la modélisation du processus "vertical" (BPM) et la modélisation des règles (BRM). Cependant, plusieurs distinctions fondamentales existent :

- Le BPM permet de modéliser le routage de formulaire, on parle de BPM "humain". Dans la modélisation des règles métiers, en revanche, nous n'aurons jamais d'intervention humaine. On parle, dans ce cas, d'Orchestration de Web Services ;

- Les règles permettent d'adapter l'application aux besoins métiers et elles sont indépendantes du processus principal. Cela signifie que la modification des règles n'implique pas la régénération de l'application (les processus et les règles s'exécutent sur deux moteurs).

Selon le Gartner, "l'accent croissant mis sur l'agilité des entreprises conduit de nombreuses organisations à adopter des moteurs de règles métier, entre autres technologies axées sur l'agilité."

Prenons un exemple de l'application de demandes de congés : avant la vérification de la demande par le chef de service, il serait intéressant d'appeler une règle métier vérifiant si cette demande est conforme avec la politique de la société.


Tirer les bénéfices

L'utilisation d'un moteur de règles métiers apporte les bénéfices suivants :

-  Assurer la conformité avec la réglementation ;

- Adapter rapidement le processus suite aux modifications (temporaires ou définitives) de la politique (globales ou par services) ;

- Gagner en autonomie, donc en efficacité, en offrant la possibilité aux chefs de service d'apporter des modifications au processus vertical en fonction de leurs besoins.


Auteur : Jérôme BESSON, Product Manager (VDoc Software)

Autour du même sujet