Apple s'explique sur l'usage de données de localisation

L'entreprise affirme que ses iPhone et iPad ne trackent pas les déplacements de ses utilisateurs, mais reconnaît quelques erreurs.

Près d'une semaine après le déclenchement de la polémiqe, Apple a finalement réagi aux accusations concernant l'enregistrement à l'insu des utilisateurs d'iPhone et d'iPad de leur position géographique. Dans un communiqué, l'entreprise a affirmé "ne pas tracker la position [des] iPhone. Apple ne l'a jamais fait et ne le fera jamais".


Selon Apple, ce n'est pas la position exacte du téléphone qui est enregistrée, mais celle des hot-spots wi-fi et des antennes relais à proximité de la position du téléphone. Le stockage de ces informations lui permet de calculer rapidement la position du téléphone sans savoir recours à la fonctionnalité GPS du terminal. Ces données sont certes envoyées à Apple, mais de manière anonymisée, affirme l'entreprise.


Apple reconnaît cependant quelques dysfonctionnements dans cette procédure de stockage de données. D'abord, l'iPhone continue à enregistrer des données même quand l'utilisateur désactive le service de localisation de son téléphone, ce qui ne devrait pas être le cas, admet Apple. Ensuite, le groupe reconnaît qu'il n'a pas besoin de stocker ces informations plus de sept jours, alors qu'elles demeurent pendant environ un an sur le téléphone. Apple promet qu'une mise à jour viendra prochainement corriger ces "bugs".


Cette réaction fait suite à la publication d'informations selon lesquelles Apple enregistrerait environ une centaine de fois par jour la localisation des utilisateurs d'iPhone et d'iPad dans une base de données stockée sur ces terminaux (lire l'article Apple suit les possesseurs d'iPhone et d'iPad à la trace, du 21/04/11). Google a également reconnu sauvegarder ce type de données, mais sur la base d'un opt-in (lire l'article Google aussi conserve les données de localisation des utilisateurs Android, du 22/04/11).

 

Telecoms 2.0 / IPhone