Levée record de 250 millions de dollars pour HomeAway

L'américain HomeAway, qui possède 12 sites de location de vacances entre particuliers dont Abritel.fr, a réalisé la plus grosse levée Internet depuis 8 ans. Son modèle lui permettrait-il de résister à la crise ?

Le tourisme en ligne serait-il épargné par la crise économique ? Si les particuliers envisagent de réduire leurs dépenses pour les vacances, ce n'est pas le cas des investisseurs. Alors que les levées se font plus rares sur Internet, HomeAway, un acteur mondial de la location de vacances en ligne, annonce avoir reçu 250 millions de dollars. Soit le plus gros investissement minoritaire dans le secteur des nouvelles technologies depuis huit ans, selon "Venture Source".

 

Le fonds Technology Crossover Ventures a investi à lui seul 175 millions de dollars lors de ce quatrième tour de table, le reste provenant des actionnaires actuels Institutional Venture Partners et Redpoint Ventures. Née en 2004 aux Etats-Unis, la société HomeAway s'est implantée en France, au Royaume-Uni et en Allemange en rachetant des acteurs locaux. Elle possède au total douze sites, serait rentable et devrait réaliser un peu moins de 100 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2008, a indiqué son fondateur au "New York Times".

 

En France, HomeAway possède Abritel depuis janvier 2007 (lire Location de vacances : vers une consolidation à l'international, du 14/02/07). Ce site de publication d'offres de location entre particuliers est considéré comme le leader du secteur, avec un pic de plus de 40 000 annonces publiées cet été. Son modèle économique est celui des annuaires (petites annonces), et non des intermédiaires.

 

Comment Abritel va-t-il profiter de la nouvelle manne de sa maison mère ? "L'effort de communication pour faire connaître au plus grand nombre la location de vacances va être largement augmenté", déclare Cyrille Coiffet, le directeur général d'Abritel. La semaine dernière, HomeAway a recruté l'agence Digitas de Publicis pour l'ensemble de ses marchés.

 

En attendant, le site assure ne pas sentir de ralentissement de sa croissance. La location d'appartements, de villas, de chambre d'hôtes et autres gîtes aurait-elle des atouts pour éviter la crise ? Ce type de vacances connaît globalement une forte croissance et son potentiel de développement semble important. "Sur les 3 millions de résidences secondaires en France, 500 000 sont en location", indique Cyrille Coiffet.


Le secteur s'accommoderait aussi d'une baisse du pouvoir d'achat. Les propriétaires de résidences secondaires peuvent ainsi trouver des revenus complémentaires en rentabilisant leur bien. Et pour les vacanciers, ce type de séjours s'avère souvent moins cher qu'un voyage lointain ou à l'hôtel par exemple. 

 

Au-delà de la communication, HomeAway va utiliser l'argent levé pour se désendetter et racheter des actions de salariés. La société indique également vouloir faire des "investissements stratégiques". Le responsable d'Abritel confirme que des opérations de croissance externe auront lieu, sur les marchés actuels ou pour s'implanter dans d'autres. La précédente levée de fonds - de 160 millions de dollars il y a deux ans - avait d'ailleurs financé une série d'acquisitions, dont Abritel. Il reste désormais peu d'acteurs de poids, comme Homelidays, le principal concurrent du groupe en France.

Abritel / HomeAway